Archives de la catégorie ‘Le mardi, c’est cookies’

Encore une recette de petits gâteaux. Il se trouve qu’il me restait de la ganache au chocolat d’une précédente recette, et que je n’en avais pas assez pour faire une tarte. Je me suis demandé comment j’allais pouvoir la recycler, et l’idée de faire des cupcakes s’est imposée assez naturellement.

Il faut savoir que je n’avais jusque-là jamais osé faire de cupcakes, parce que le glaçage, et surtout la fameuse crème au beurre qu’on trouve très souvent dessus, me faisait un peu peur. Ici, le topping était déjà prêt, ça a donc été très facile de me lancer puisque, comme tu vas le voir, les cupcakes ne sont finalement que des muffins avec des trucs dessus.

Les ingrédients :

Pour la base des cupcakes (pour 8 à 10 pièces) :

Un œuf battu dans 25cl de lait.

200 grammes de farine.

100 grammes de sucre en poudre.

½ sachet de levure chimique

50 grammes de beurre fondu

Une gousse de vanille grattée ou une cuillère à café d’extrait de vanille.

Pour le glaçage au chocolat :

Un reste de ganache (comme celle utilisée pour la tarte au chocolat par exemple). Pour rappel : la ganache au chocolat se réalise en faisant bouillir de la crème liquide et en la versant très chaude sur du chocolat (fondu au bain-marie ou haché en petits morceaux), puis en mélangeant bien. Les proportions sont généralement de 20cl de crème (une briquette) pour 200 grammes de chocolat (une plaque de chocolat à dessert), mais tu peux rajouter de la crème ou du chocolat selon que tu la veux très ferme et forte en goût ou plus souple et moins corsée, et il faut la laisser prendre au frigo pendant au moins une heure (deux pour faire bonne mesure).

Le matos :

Un saladier et un bol

Une casserole et une plaque de cuisson

Un fouet et une cuillère en bois

Des moules à muffins ou à cupcakes, de préférence en silicone (sinon, beurrés et farinés ou chemisés avec des caissettes en papier)

Un four

Un frigo

Facultatif : une poche à douille

La recette :

IMG_20140130_153901Réalise ta ganache en avance et laisse-la prendre au frigo (dans ta poche à douille si tu en as une).

Préchauffe ton four à 180°C.

Dans ton saladier, mélange la farine, le sucre et la levure, puis rajoute progressivement l’œuf battu dans le lait, en mélangeant bien avec un fouet.

Fais de même avec le beurre fondu et l’extrait de vanille.

Fais cuire au four pendant une vingtaine de minutes.

Lorsque tes cupcakes ont tiédi, tu peux rajouter le topping (à la poche à douille si tu en as une et que tu veux faire joli – bon, j’ai utilisé ma poche et c’était quand même moche, mais si ça se trouve tu n’as pas deux mains gauches comme moi ; sinon, une simple cuillère en bois ou une spatule en plastique suffiront).

C’est tout !

——————–

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Je suis un boulet : l’autre jour j’ai fait de la pizza, et j’ai même pas pensé à prendre des photos, ce qui est dommage parce que franchement, ça avait de la gueule.

Mais bon, comme je suis gentille et que j’aime bien partager, je te donne quand même ma recette de pâte à pizza, qui est à peu de choses près complètement inratable, hyper-facile à faire et ne va pas te prendre trois ans à préparer.

Les ingrédients :

300 grammes de farine de blé.

5 cuillères à soupe d’huile d’olive.

Un sachet de levure de boulanger.

Une cuillère à café de sucre.

Une cuillère à café de sel.

5cl d’eau tiède.

Facultatif : deux cuillères à soupe d’origan séché, une gousse d’ail hachée très fin.

Idées de garnitures :

Crème d’asperges (j’ai utilisé une sauce Sacla parfaite pour cet usage, mais tu peux évidemment la réaliser toi-même avec des asperges en boîte, du sel et du poivre, un peu d’huile d’olive et de parmesan râpé), tomates cerise coupées en deux et emmental.

Concentré de tomates, rondelles de tomates fraîches, champignons de Paris émincés, mozzarella et persillade (sel, poivre, ail et persil).

Concentré de tomates, rondelles de tomates fraîches, rondelles de saucisse fumée (de Montbéliard, par exemple), fromage de chèvre demi-sec, basilic, sauge et origan.

Le matos :

Un saladier

Une balance de cuisine ou un verre doseur

Un rouleau à pâtisserie

Un four

Une feuille de papier cuisson

La recette :

Préchauffe ton four à 180-200°C.

Dans ton saladier, mélange ta farine, ta levure et ton sel.

Ajoute l’huile d’olive tout en commençant à amalgamer la pâte.

Rajoute ensuite progressivement l’eau tiède sucrée, puis pétris bien de tes délicates mimines jusqu’à obtenir une pâte souple et élastique, pas trop collante (si la pâte est trop sèche, rajoute un peu d’eau, si elle te reste collée aux doigts, rajoute un peu de farine).

Tu peux rajouter de l’origan et de l’ail à ta pâte si tu veux.

Laisse reposer une demi-heure dans un endroit tiède (par exemple le four allumé au minimum, porte ouverte) et humide, sous un torchon propre.

Farine légèrement ta feuille de papier sulfurisé et étale ta pâte au rouleau à pâtisserie jusqu’à lui donner la forme et l’épaisseur souhaitée. Personnellement j’ai fait trois rectangles de pâte d’environ trois millimètres d’épaisseur.

Laisse encore ta pâte reposer pendant que tu prépares ta garniture. N’enlève pas ta pâte de la feuille de papier cuisson, tout ça ira directement sur la plaque du four.

Colle tout ça au milieu du four pour une vingtaine de minutes, en contrôlant régulièrement la cuisson : si ton fromage commence à être doré mais que ta pâte ne te semble pas tout à fait cuite, protège le dessus de ta pizza avec une feuille d’aluminium et prolonge la cuisson d’une dizaine de minutes (si tu as la possibilité de ne chauffer que le bas du four, fais-le).

C’est prêt !

——————–

Rendez-vous sur Hellocoton !

(deux recettes pour le prix d’une, toujours sans photos)

Ma crêpe dentelle à la mirabelle, je sais que j’aurais dû te poster les recettes qui vont suivre beaucoup plus tôt dans la semaine. Je te dirais bien que j’ai pas eu le temps, et quelque part c’est pas tout à fait faux, mais soyons honnêtes deux secondes : j’avais surtout la flemme.

Je me rattrape aujourd’hui, profitant d’une pause dans mon bouquin et du fait que le Troll est en train de jouer sur le pécé (i.e : je ne peux pas jouer moi-même, et quelque part c’est pas forcément une mauvaise chose). Toujours de la soupe, donc, parce qu’on a encore rien trouvé de mieux pour manger des légumes et se remplir l’estomac par temps froid.

Les ingrédients :

Pour le velouté de champignons :

500 grammes de champignons de Paris

Une pomme de terre moyenne

Un petit oignon ou une échalote

Une gousse d’ail

Sel, poivre, persil

Huile d’olive, beurre froid coupé en petits dés (environ 25 grammes), crème fraîche (selon ton goût)

Un litre d’eau (facultatif : un bouillon cube)

Pour la soupe poireaux-épinards :

Un grand poireau

Une ou deux pommes de terre moyennes

250 grammes d’épinards frais et crus (en feuilles)

Une gousse d’ail

Une demi-bûche de chèvre demi-sec

Sel, poivre, origan

Un peu de matière grasse et de la crème fraîche (selon ton goût)

Un litre d’eau (facultatif : un bouillon cube)

Le matos :

Un couteau et une planche à découper.

Un-e grand-e faitout, cocotte ou casserole.

Une cuillère en bois.

Un mixer.

La recette (qui est basiquement la même pour à peu près toutes les soupes) :

Lave, épluche et émince tous tes légumes, fend la gousse d’ail en deux et dégerme-la.

Fais revenir dans un peu de matière grasse ton oignon (pour le velouté de champignons) ou ton poireaux (pour la soupe aux poireaux et aux épinards), à feu moyen pendant quelques minutes, sans laisser colorer.

Rajoute le reste de tes ingrédients (sauf le fromage de chèvre pour la soupe poireaux-épinards), sale, poivre, et rajoute une à deux cuillères à soupe d’origan pour la soupe aux poireaux.

Laisse revenir encore quelques instants puis mouille avec un litre d’eau et rajoute ton bouillon cube si tu veux.

Couvre et laisse cuire à petits bouillons pendant au moins une demi-heure.

Mixe le tout une première fois. Puis, pour le velouté de champignons, rajoute ton beurre coupé en dés puis mixe une seconde fois. Pour la soupe poireaux-épinards, rajoute le fromage de chèvre émietté et débarrassé de sa croûte, et mixe une seconde fois.

Remets sur le feu quelques instants, allonge avec de la crème fraîche si c’est ton kiff, rajoute du persil (hors du feu) pour le velouté aux champignons, et sers ta soupe bien chaude.

Régale-toi !

——————–

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ouais, ouais, je sais, je poste pas pendant deux semaines et maintenant je te floode avec de la bouffe pour faire passer la pilule.

Mais sache que je fais ça uniquement pour le bien de tes papilles gustatives : ma croquette à la cacahuète, la recette qui suit est une merveille de simplicité et de rapidité. Je doute que tu passes plus de 20 minutes en cuisine, cuisson comprise – c’est un peu genre le cinq à sept de la pâtisserie, quoi. Si tu en as marre de faire des cookies pour le goûter, ça te devrait te changer agréablement. Parfait pour prendre le thé ou pour improviser un dessert vite fait bien fait.

Les ingrédients (pour 6 à 8 gâteaux) :

100 grammes de chocolat blanc. Évidemment si ton truc c’est plutôt le chocolat noir ou au lait, ça marche aussi, hein.

2 carrés de chocolat noir par gâteau.

2 œufs.

50 grammes de beurre.

Une pincée de sel (sauf si comme moi tu prends du beurre demi-sel)

50 grammes de sucre en poudre.

Une cuillère à soupe bien bombée de farine.

Le matos :

Un saladier ou un grand bol.

Une casserole

Une plaque de cuisson.

Un four.

Une cuillère en bois ou un fouet.

Des moules à muffins ou à cupcakes, de préférence en silicone.

Une balance de cuisine ou un verre doseur.

La recette :

IMG_20140123_010344Préchauffe ton four à 240°C.

Dans ton saladier, fouette ensemble les œufs et le sucre, puis rajoute la farine et éventuellement une pincée de sel.

Fais fondre le chocolat blanc et le beurre à feu doux dans ta casserole.

Rajoute le chocolat et le beurre fondus dans le saladier et mélange bien.

Remplis tes moules à muffin environ aux trois-quarts avec ta préparation, et enfonce dans la pâte deux carrés de chocolat noir par moule.

Fais cuire environ 10 minutes au four, puis laisse tiédir un peu pour ne pas te brûler.

Jette-toi violemment dessus et régale-toi !

——————–

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma madeleine à la verveine, étant donné que mes posts sur le blog ont été (au mieux) irréguliers, j’essaie de rattraper le coup avec, j’espère, de quoi contenter ton estomac (à défaut de ton cerveau).

On s’attaque aujourd’hui à tes potentielles envies de sucré, avec une tarte ultra-simple à réaliser, qui ne demande qu’un temps de réalisation très court, mais qui a besoin de prendre au frigo : le mieux est encore de la préparer la veille pour le lendemain, mais l’après-midi pour le soir ça marche aussi.

Les ingrédients :

Une pâte sablée toute prête : tu peux la faire toi-même (je testerai des recettes et si j’en trouve une convaincante et pas trop contraignante je la posterai), mais aujourd’hui on en trouve de très bonnes dans le commerce. Choisis-la de préférence pur beurre et sans trop de saloperies chimiques dedans (je te déconseille par exemple les pâtes Monoprix, qui sont un bel exemple de dégueulasserie industrielle).

Une plaquette de chocolat à dessert (200 grammes). Pour une ganache plus ferme, tu peux monter sans problème jusqu’à 300 grammes, tout dépend de ton addiction au chocolat. Et bien sûr, tu peux prendre du chocolat noir, au lait ou blanc, ça ne change rien (sauf le goût).

Une briquette de crème liquide (20cl)

Facultatif : sucre glace, noix de coco râpée, amandes effilées, poires pochées ou poêlées (ou juste au sirop), noisettes concassées, un peu ce que tu veux en fait. Tu peux aussi la laisser nature, évidemment.

Le matos :

Un saladier ou un grand bol

Une petite casserole

Un fouet ou une cuillère en bois

Une plaque de cuisson ou un micro-ondes

Un four

Un moule à tarte, de préférence en silicone

Une fourchette

Un frigo

La recette :

IMG_20140121_161733Préchauffe ton four à 180°C.

Les pâtes toutes prêtes sont généralement conditionnées avec du papier sulfurisé : si c’est le cas, tu n’auras qu’à la dérouler directement dans ton moule. Si ce n’est pas le cas (tu as pris un pâton, par exemple), étale ta pâte avec un rouleau à pâtisserie, une bouteille de vin ou de bière (testé et approuvé lors de mes années de dèche question ustensiles), puis mets-la dans ton moule à tarte, chemisé s’il n’est pas en silicone.

Pique la pâte avec une fourchette, et fais-la cuire à blanc pendant une quinzaine de minutes en contrôlant régulièrement la couleur. Normalement, elle ne gonflera pas, mais si tu as peur, tu peux la lester avec des poids (haricots secs, riz, poids de cuisine, débrouille-toi).

Pendant ce temps, fais fondre le chocolat avec un peu d’eau dans ton saladier ou ton bol, au micro-ondes ou au bain-marie sur feu très doux.

Fais bouillir ta crème, puis incorpore-la au chocolat fondu en mélangeant bien.

Lorsque ta pâte est cuite, sors-la du four et laisse la refroidir entièrement.

Verse ensuite la ganache sur la pâte.

Rajoute ce que tu veux dessus : sur la photo c’est de la noix de coco râpée mais hier après-midi j’ai terminé la version avec des poires et c’était très bon aussi.

Laisse refroidir complètement, puis laisse prendre au frigo pour au moins deux heures.

C’est tout !

——————–

Rendez-vous sur Hellocoton !

(recette toujours sans photo, tu as l’habitude) (et pas végétarienne, désolée si c’est ton truc).

La recette qui suit est une recette de récup’ : tu dois t’en douter un peu, je suis une adepte du fait maison quand ce n’est pas trop compliqué ou contraignant. Plutôt que de dépenser mon argent dans des bouillons en cube, je préfère les faire moi-même, ce qui me permet d’exploiter au maximum la nourriture que j’achète, avec le moins de gaspillage possible.

Or, comme il s’avère que j’adore les crevettes, je me retrouve souvent avec des têtes qui, à part faire tourner mes chats autour de la poubelle, ne me servaient pas à grand-chose jusqu’à ce que je décide un beau jour de les utiliser. Le bouillon dont je vais te donner la recette est parfait pour réaliser un risotto au poisson ou aux fruits de mer, mais tu peux également t’en servir comme court-bouillon pour faire pocher du poisson, ou même le consommer tel quel comme une soupe d’inspiration asiatique avec des crevettes et des légumes croquants (il suffira alors de l’allonger avec de l’eau, ou pourquoi pas du lait de coco).

NOTE : tu peux réaliser un bouillon de poulet exactement de la même façon en remplaçant les têtes de crevettes par une carcasse de poulet rôti. J’ai testé hier et il tue, en toute honnêteté.

Les ingrédients :

Des têtes et des carapaces de crevettes que tu auras gardées d’une précédente recette (comme les crevettes panées par exemple, que tu peux retrouver dans mes archives et que je reposterai un de ces jours)

Un oignon

Une gousse d’ail

Une carotte

Du vin blanc

Un peu d’huile d’olive

Sel, poivre, épices (coriandre, gingembre, citronnelle, cannelle, piment ou curry en poudre, un peu ce que tu veux en fait : il existe des mélanges tout prêts qui fonctionnent très bien, genre pour plats chinois ou mélange d’épices et d’herbes pour poisson)

De l’eau

Facultatif : une cuillère de concentré de tomates

Le matos :

Un couteau et une planche à découper.

Un-e grand-e faitout, cocotte ou casserole.

Une cuillère en bois.

Une passoire ou un chinois

La recette :

Emince tes oignons, dégerme ta gousse d’ail, épluche et coupe ta carotte en rondelles

Fais chauffer l’huile dans ta casserole à feu moyen, puis mets tous tes ingrédients à colorer pendant quelques minutes ; écrase bien, voire concasse autant que tu peux les carcasses et les têtes de crevettes à l’aide d’une cuillère en bois ou mieux, d’un pilon ou un presse-purée

Assaisonne avec le sel, le poivre et les épices selon ton goût

Mouille à hauteur avec du vin blanc, rajoute si tu veux un peu de concentré de tomates

Rajoute 500ml d’eau, baisse le feu puis laisse réduire à petits bouillons et à couvert pendant au moins une demi-heure.

Filtre avec une passoire ou un chinois, rajoute des herbes fraîches si c’est ton truc (ciboulette, coriandre, persil)

C’est prêt !

——————–
Rendez-vous sur Hellocoton !

(recette toujours sans photo parce qu’on a bien établi depuis le temps qu’une soupe, c’est moche).

Mon chicon ronchon, je sais pas toi, mais personnellement, j’ai jamais trop aimé les endives. En fait, ça fait probablement partie des légumes que je déteste le plus, avec les choux de Bruxelles et les épinards cuits, et d’ailleurs c’était toujours un peu la crise à la maison quand j’étais petite et que ma mère avait l’idée saugrenue de nous faire bouffer des endives en salade (d’autant que c’était pas non plus comme si elle avait pas eu d’autres choix, vu que j’ai toujours été relativement peu difficile en matière de bouffe).

Bref, les chicons, de base, pas trop cool. Depuis, je tolère les endives au jambon, mais il faut qu’elles soient bien faites, et il faut bien reconnaître qu’au bout d’un moment ça puisse lasser, surtout quand tu te retrouves comme moi avec un kilo et demi d’endives sur les bras dont tu sais pas trop quoi foutre : les joies des colis de fruits et légumes dont tu ne peux pas choisir le détail, n’est-ce pas. Enfin, du coup, ça t’oblige à faire preuve d’un peu de créativité, et comme je suis dans une phase où j’adore faire des soupes et des bouillons (il faudra un jour que je te poste la recette de mon merveilleux bouillon de crevettes), c’est tout naturellement par-là que je me suis orientée. Ce qui suit m’a totalement réconciliée avec ce légume un peu maudit, je pense donc ne pas trop m’avancer en te disant qu’il y a des chances que ça te plaise aussi.

On y va ?

Les ingrédients :

Des endives, comme c’est étonnant. Pour le nombre, ça dépend de la quantité de soupe que tu veux, moi j’en ai utilisé cinq très petites (vu que j’avais dû retirer plein de feuilles abîmées rapport au fait que je les avais laissées périr au frigo un peu trop longtemps avant de trouver la bonne idée).

Un demi-litre de jus de clémentines (oui oui). Bon, j’avais pas de jus de clémentines, j’en ai pressé cinq ou six en gardant une partie de la pulpe et en rajoutant de l’eau et un peu de jus de citron, mais c’est clairement mieux si tu as du jus tout prêt, ou au moins que tu aies un mixeur de compète ou que tu filtres bien si tu décides de faire comme moi.

Une briquette de crème liquide ou un petit pot de crème fraîche (20cl). Je suppose que ça peut se remplacer par du Soja cuisine. J’ai personnellement hésité à la remplacer par du lait de coco, mais j’ai eu peur que le goût soit trop altéré. Si tu es vegan et que tu veux adapter la recette, n’hésite pas à me faire part de tes expérimentations.

Du beurre (ou de la margarine bien froide si tu es vegan).

Sel, poivre, quatre-épices.

Le matos :

Un couteau et une planche à découper.

Un-e grand-e faitout, cocotte ou casserole.

Une cuillère en bois.

Un mixer.

Facultatif : un presse-agrume, un chinois.

La recette :

Lave tes endives et émince-les en lanières.

Fais les fondre quelques minutes à feu doux dans la cocotte dans un peu de matière grasse. Sale à ton goût.

Quand tes endives deviennent transparentes et fondantes (et qu’elles ont donc perdu une grande partie de leur amertume), ajoute ton jus de clémentines (tout prêt ou que tu auras pressé-toi-même : si c’est le cas, pense bien à filtrer pour éliminer le plus de pulpe possible).

Laisse cuire une petite vingtaine de minutes, toujours à feu doux : il ne faut pas que ça réduise trop non plus.

Verse le tout dans ton mixeur, rajoute ta crème, mixe une première fois.

Assaisonne avec du poivre et du quatre-épices selon ton goût, puis rajoute environ 25g de beurre très froid coupé en dés, et mixe une seconde fois jusqu’à ce que le mélange soit bien velouté.

Remets sur le feu quelques instants et sers ta soupe bien chaude.

Régale-toi !

Rendez-vous sur Hellocoton !

——————–