Un post avec dedans : les bouquins de la semaine et la mort de ma vie sociale.

Ma gaufrette en barquette, je préfère être honnête avec toi : la semaine prochaine risque d’être extrêmement pauvre en matière de lecture. J’ai au la mauvaise idée de réinstaller les Sims Medieval sur le pécé du Troll, et on va dire qu’heureusement qu’il est revenu chez moi pour m’empêcher de faire le zombie face à mon écran jusqu’à 6 ou 7h du matin.

À part ça je suis toujours en arrêt maladie, mais il se trouve que j’ai appris la semaine dernière que je pouvais bénéficier d’une solution de transport pour m’emmener au boulot. C’est bien, mais quand même j’aurais préféré qu’on me le dise avant, quoi. Je sais pas, ça m’aurait peut-être permis de retourner au boulot plus tôt, par exemple. En attendant, le dossier n’est pas encore monté et je ne sais pas combien de temps ça va prendre, mais au moins, j’entrevois une solution.

Mais trêve de bavardages inutiles, passons tout de suite aux lectures de la semaine dernière (oui, entre deux quêtes et trois séries, j’ai quand même réussi à finir deux bouquins, ce qui entre nous relève de l’exploit).

La semaine dernière, j’ai lu :

9782820506764_largeMais si les papillons trichent, Pierre Pelot : « Soyez heureux et fiers, car vous êtes citoyen de l’Union Fasciste des États d’Amérique ! Votre pays est le seul, et le plus grand. Il détient le plus faible pourcentage d’Anormaux au monde ! Soyez heureux et fier ! Même vous, Price Mallworth, prêtre de la Nouvelle Religion Catholique Éclairée, pour la paroisse 16 de Tucumcari ! Même si vous plaigniez de tendances marquées à l’asthénie, même si votre promise a des troubles de mémoire, et confond le temps… même si elle s’imagine que vous êtes déjà unis depuis des années… Et si cela vous arrive de quitter ce monde par moments, sans comprendre comment ni pourquoi… ne cherchez pas, Price Mallworth. Vous n’êtes pas de taille… Et les Dieux ne sont pas ceux que l’on imagine… ». E-book acheté lors d’une promo Bragelonne, je ne me souvenais plus du résumé, et je n’avais même aucune idée qu’il s’agissait de science-fiction. Roman très court d’environ 120 pages, ça se lit tout seul, mais avec si peu de pages, j’ai trouvé que le sujet était peut-être traité un peu superficiellement. L’histoire m’a un peu fait penser à Matrix, dans un registre toutefois assez différent puisqu’on parle ici surtout de maladie mentale, mais le traitement entre les différentes réalités est assez intéressant, jusqu’à la fin, qui à mon sens donne trop de réponses. Le style est agréable sans être transcendant, bref, c’est une bonne lecture pour passer le temps. Note : 14/20.

51BzvxgcABL._AA278_PIkin4,BottomRight,-46,22_AA300_SH20_OU08_L’étrange cas du Docteur Jekyll et de Mister Hyde, Robert-Louis Stevenson : « Un monstre rôde dans les brumes victoriennes de Londres. Il a piétiné une fillette, tué un député et boxé une marchande d’allumettes. C’est un petit homme difforme et mal habillé, qui inspire à tous ceux qui l’ont vu des sentiments mêlés de répulsion, de crainte et de haine. À quoi, à qui ressemble-t-il ? Pourquoi les témoins oculaires de ses méfaits sont-ils incapables de décrire Mr Hyde ? Pourquoi Mr Utterson, le notaire du Dr Jekyll, est-il hanté par le testament de son client, au point de faire des cauchemars ? Pourquoi se lance-t-il sur la piste de Hyde, dans une partie de cache-cache funeste aux dimensions d’une ville labyrinthe ? Quel lien, en définitive, unit Dr Jekyll à Mr Hyde ? Issu d’un cauchemar de son auteur, et salué dès sa parution par Henry James comme un « chef-d’oeuvre de concision », ce roman policier en trompe-l’oeil, dont les récits imbriqués débouchent sur un conte fantastique, réserve une surprise de taille au lecteur, et de nombreuses zones d’ombre. Dès 1886, Stevenson plonge dans les profondeurs déformantes du miroir de l’âme humaine jusqu’aux racines de l’inconscient ». E-book gratuit puisque le roman est tombé dans le domaine public, il s’agit bien évidemment d’une relecture. Bien sûr tout le monde connaît l’histoire, a lu le roman et/ou a vu au moins une adaptation, que ce soit un film ou une série (à ce propos je ne saurais trop te recommander la série réalisée par Moffat, Jekyll, qui est un bon exemple de ce que peut faire ce monsieur quand il est sur du format court, c’est à dire sur une seule saison, et qu’il met de côté son côté sexiste et condescendant). Bref, c’était un bon moment, et ça m’a donné envie de relire L’Île au trésor.

J’ai commencé :

dancing-lolita-guduleDancing Lolita, Gudule : « Mina, jeune fille fuit sa vie, Abel Feval, la soixantaine, tente de la retracer. Ces deux-là ont des objectifs différents mais trouveront sans doute en l’autre, la spontanéité et une confiance sans égale. Concept plutôt rare en 2036 où le troisième âge use et abuse du Juvénal, cette fameuse cure médicamenteuse qui fait rajeunir. Validée par les pouvoirs étatiques, ce traitement permettrait de combattre la pédophilie, entre autres ». Bon, je n’ai lu que les deux premiers chapitres dans la salle d’attente du médecin, et pour le moment je ne suis pas transcendée par le style, mais enfin c’est assez court et ça a l’air de se lire facilement. On en reparle la semaine prochaine, si d’ici là j’ai réussi à la terminer.

J’ai lu aussi :

Il doit y avoir une couille avec mon abonnement magazines, parce que ça fait deux semaines que j’ai pas reçu les Inrocks. Faudrait peut-être que je m’affole.

Cette semaine, je lis :

Je continue donc Dancing Lolita, en sachant que je suis dans une période de gaming acharné, et donc qu’il y a de grandes chances pour que je ne lise pas.

Je te laisse, j’ai une quête à terminer, et on se retrouve plus tard cette semaine pour une ou deux recettes (encore des soupes et des gâteaux, je ne fais que ça en ce moment), et puis un tag, si j’ai la foi.

——————–

Humeur du jour : fatiguée.

État du Neurone : simifié (oui je sais).

État du Poual : sec.

Coup(s) de gueule du moment : bon. Être malade j’ai l’habitude, mais si ça m’empêche d’aller voir DM en concert, je le vis tout de suite moins bien. Sinon mon tatoueur est gentil, mais ça aurait été cool qu’il me prévienne qu’il était parti en vacances, parce que c’est un peu difficile d’honorer ses rendez-vous quand on est pas sur le bon continent.

Coup(s) de cœur du moment : ça ne t’étonnera pas trop si je te dis encore une fois les Sims. Ce truc aura certainement ma peau un jour.

Dans les z’yeux : le pilote de Black Sails est à l’image de la plupart de ce que propose Starz. Il y a du sang et du cul, et évidemment il faut s’asseoir sur la réalité historique. Mais ça parle de la jeunesse de Long John Silver, donc évidemment ça me donne encore plus envie de relire L’Île au trésor, et j’attends de voir la suite pour me prononcer.

Dans les z’oreilles : je suppose que tout le monde l’a vue, mais je vais quand même la partager ici. Je ne suis pas spécialement fan de Bruno Mars, mais il faut quand même reconnaître que sa performance au SuperBowl était impeccable, surtout avec les Red Hot en bonus.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités
commentaires
  1. Myrhyn dit :

    J’ai bien aimé la prestation de Bruno Mars au super bowl mais que parce qu’il y avait les Red Hot ! :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s