Un post avec dedans : des jambes en compote, un Noël rustique, des potes démoniaques, un peu trop d’alcool. Ah oui, et les bouquins de la semaine.

Ma gerbille à la vanille, je dois bien t’avouer que cette semaine n’a pas été de tout repos. Premier constat : le retour au boulot est beaucoup plus difficile physiquement que je ne le pensais, et basiquement, ça craint. Bon, vu la réticence de Neuro à me laisser retravailler, je me doutais bien que ce ne serait pas une partie de plaisir, mais là il va bien falloir se rendre à l’évidence : je ne vais pas pouvoir continuer très longtemps à ce rythme, et je vais probablement devoir demander un changement de poste.

Deuxième constat : les Noëls dans ma cambrousse sont toujours aussi…folkloriques, mais ça je t’en parle plus bas.

Troisième constat : mes potes sont des bâtards démoniaques et je les aime, mais ça aussi, je t’en parle plus bas – et maintenant, on passe aux lectures de la semaine.

La semaine dernière, j’ai lu :

imagesimages (1)La vie, l’Univers et le reste (H2G2, tome 3), et Salut, et encore merci pour le poisson ! (H2G2, tome 4), Douglas Adams : je continue donc ma recherche de la Grande question sur la vie, l’univers et le reste, et je dois reconnaître que je me marre bien. Je ne suis pas une grande fan de SF (je veux dire par là que j’ai lu Phillip K Dick et Asimov comme tout le monde, mais que si tu me donnes le choix entre ça et Le Trône de fer, je vais choisir George RR Martin, quoi), et je ne pensais honnêtement pas enchaîner tous les tomes d’un coup. Il apparaît finalement que je vais probablement finir la série cette semaine, ce qui te donne une idée du bon moment que je passe avec Arthur Dent et Ford Prefect. Il faut croire que j’avais besoin d’une bonne dose d’humour absurde ces temps-ci. Comme en plus ça se lit très vite et très facilement, je ne vois aucune raison de ne pas continuer sur ma lancée. Note : 16,5 /20.

J’ai lu aussi :

Les trucs habituels, et surtout le hors-série Dieu et la science de Science et Vie.

Cette semaine, je lis :

Alors, étant donné que j’ai été pourrie gâtée en bouquins à Noël et pour mon anniversaire, je me retrouve avec encore plus de choix que d’habitude. Il y a des chances qu’après le dernier tome d’H2G2, je me penche sur l’adaptation de Madame Butterfly par Benjamin Lacombe ou que je me retrouve avec des dizaines de nouvelles idées de tatouages grâce au merveilleux artbook sur Mark Ryden, qui ont tous les deux rejoint ma bibliothèque samedi soir.

Je te laisse, et on se retrouve demain pour le bilan de l’année.

——————–

Humeur du jour : zombie.

État du Neurone : courbatu.

État du Poual : poney.

Coup(s) de gueule du moment : outre ma santé encore et toujours défaillante, je dois dire que l’interruption du métro à 20mn de prendre mon train pour aller chez ma grand-mère, puis la coupure d’électricité chez la dite grand-mère toute la veille de Noël (et par conséquent, pas de chauffage, de lumière, d’eau chaude ou même de repas), c’était quand même assez épique. Enfin, au moins le champagne était frais, ahah.

Coup(s) de cœur du moment : alors, si tu ne me connais pas depuis longtemps, il faut savoir que ma date d’anniversaire est assez pourrie dans son genre. Je suis effectivement née le 28 décembre, pile-poil entre Noël et le Nouvel an, ce qui me vaut souvent la « « joie » des cadals deux-en-un et des gens pas forcément dispo, vu que souvent en vacances en famille à ce moment-là. Ajoute à ça que j’ai pas mal de potes qui cette année bossent le samedi, ça sentait donc l’anniv tranquille avec le Troll et ma femme (avec éventuellement Andro en guest pour un verre après son taf), ce qui me convenait parfaitement, vu que j’avais déjà fêté mon anniversaire l’année dernière et que généralement, je le faisais même carrément la soirée du 31, en passant, histoire de dire. Il se trouve qu’en réalité, mes potes, ces gros bâtards, organisaient mon anniversaire aux Caves depuis un mois, et que naïve que je suis, je n’ai RIEN capté jusqu’au tout dernier moment. Et qu’en bonne inadaptée sociale, ma seule réaction a été de lâcher un « bande d’enculés », pendant que ces enfoirés se marraient comme des baleines. Bref, mes 34 ans, c’était kewl, j’ai eu plein de bouquins, j’ai bu plein d’hypocras, j’ai écouté de la chouette musique et je suis rentrée très tard chez moi, et c’était parfait, voilà.

Dans les z’yeux : oui alors, l’épisode Noël de DW, c’était un peu l’ascenseur émotionnel, mais pas forcément dans le bon sens. Si j’ai quand même eu les yeux (très) humides pour le départ de 11, le scénario en lui-même m’a laissée un peu perplexe, avec l’impression que Moffat se débarrassait à la va-vite de toutes ses storylines en même temps histoire de finir l’arc narratif, et qu’il collait tous les antagonistes du Docteur sans ordre précis juste pour tout mettre dans l’épisode. En gros, c’était bizarre et j’attends de voir ce qui va se faire pour la saison 8.

Dans les z’oreilles : cette année, je ne t’ai pas encore pourri avec une vidéo débile de Nowel (sauf si tu me suis aussi sur Facebook, auquel cas je suis désolée, mais tu vas devoir subir une deuxième louche). Il fallait bien que je rectifie cette erreur avec le héros de Chatroulette : Mariah Carey – All I want for Christmas is you. Ne me remercie pas, ça me fait plaisir, bisous.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s