C’est lundi, que lisez-vous ? #43

Publié: 15 juillet 2013 dans ...Quoi de neuf ?, Je suis une lectrice compulsive, Ma vie (ma Lose, mon poisson rouge)

Un post featuring : les bouquins de la semaine, évidemment.

Ma crevette de compète, du lourd cette semaine. Peu, mais plutôt de qualité.

La semaine dernière, j‘ai lu :

Maeve Regan, tome 3 (La dent longue), Marika Gallman : « Depuis que je sais qu’il y a un traître parmi nous, ma vie n’a plus rien de facile. Je dois recruter un max de vampires pour constituer ma propre armée afin de combattre celle de mon père, qui a toujours la ferme intention de me tuer pour me voler mes pouvoirs. Rien que ça. Mais c’est une excellente motivation pour parfaire mon apprentissage de la magie, puisque l’heure de la confrontation approche. Tout ça serait déjà bien assez compliqué sans y ajouter mon imbécile de frère, qui essaie de me mettre des bâtons dans les roues. Et le fantôme de mon ancien amant, qui me poursuit. Je crois que je suis en train de devenir folle ». Alors…comme je m’en doutais en commençant le bouquin, c’était mal parti et ça a mal fini. Bon, il y a clairement certains trucs que j’avais vus venir à trois kilomètres, mais pour tout t’avouer, après avoir lu la dernière page, j’ai hurlé « OH LA PUTE !!! » (pardon Marika, rien de personnel), ce qui a fait rappliquer Arch qui pensait sincèrement que quelque chose de grave était arrivé (c’est ça de fréquenter une fangirl, hein). Du coup, maintenant, j’attends avec impatience l’avant-dernier tome, prévu pour fin septembre. Et je suis intensément frustrée, voilà (oui, ça t’aide beaucoup à te faire une idée, je sais). Note : 16/20.

J’ai commencé (et presque terminé) :

L’Apocalypse des homards, Jean-Marc Agrati : je ne sais pas trop comment résumer ce truc, à vrai dire. C’est un recueil de nouvelles et de « shots » (selon l’expression de l’auteur), parfois terriblement ancrés dans une réalité ultra-glauque, parfois teintés de fantastique, mais tous connectés entre eux par des personnages et des thèmes récurrents (les mathématiques, le désespoir, l’ultra-violence, la noirceur et la bassesse humaines, les dérives du capitalisme et du libéralisme à outrance…). Je ne dirais pas que c’est une lecture facile, ni même agréable, mais c’est un bouquin très fort et qui ne laisse pas indifférent-e (du moins à mon sens). Je pense que le mieux si tu veux te faire une idée serait d’aller les critiques de gens beaucoup plus qualifiés que moi (ou du moins qui ont peut-être compris plus de choses à la lecture). Quoi qu’il en soit, on ne peut pas nier aux éditions Dystopia Workshop leur volonté de proposer des titres puissants, voire carrément dévastateurs (j’en avais déjà fait l’expérience avec Ainsi naissent les fantômes de Lisa Tuttle, qui avait aussi été une sacrée claque dans la gueule). Je ne pense pas en reparler la semaine prochaine parce que je l’ai presque terminé, mais je ne mettrai pas de note non plus, parce que j’hésite encore sur mon ressenti (oui, là aussi j’ai bien conscience que ça ne t’aide pas trop à te faire une opinion).

Cette semaine, je lis :

Bonne question. Il faut dire que la chaleur ne m’aide pas trop à me concentrer en ce moment, alors j’aimerais bien un petit truc léger et pas trop prise de tête histoire de m’aérer un peu le neurone. Des suggestions ?

Je te laisse, je m’en vais me terrer dans la fraîcheur de mon appartement et n’en sortir que lorsque la température aura baissé d’au moins 5°C.

——————–

Humeur du jour : j’envisage de ne sortir qu’à la nuit tombée pour éviter la cuisson à l’étouffée.

État du Neurone : cuit.

État du Poual : foin.

Coup(s) de gueule du moment : putain mais j’en ai tellement marre des courbatures partout…et puis le mal de ventre permanent aussi, ce serait bien que ça s’arrête un jour.

Coup(s) de coeur du moment : OMG mais le dessin de mon futur tatouage est juste MAGNIFIQUE !!! ça va me coûter une blinde mais honnêtement ça les vaut largement.

Truc(s) de greluche : une des portes de l’antre du mal se trouve probablement ici. Mais c’est cher et j’ai pas de sous alors je vais me contenter de pleurer et de boire pour oublier.

Dans les z’yeux : définitivement, Attack on Titan, c’est de la bombe.

Dans les z’oreilles : oui, encore du Amanda Palmer, et encore une fois à la Cigale mardi. Je sais, à force je vais finir par te soûler. Mais franchement, débarquer dans le public avec son ukulele avant même le début de la première partie, pour faire une reprise totalement unplugged de Creep, y avait qu’elle pour faire ça.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s