Un post featuring : les bouquins de la semaine, what else ?

Mon ibuprofène en néoprène, je suis crevée mais bonne nouvelle : il y a de quoi lire cette semaine ! Je sais, toi aussi ça te surprend.

La semaine dernière, j‘ai lu :

Ravigote, arsenic et vieilles soutanes, Michel Gardère : « Dans un village de Gascogne, au pays des vallons d’oxygène, les  » papés  » meurent les uns après les autres. Le curé Rouncats, amateur de rugby et d’Armagnac, soupçonne qu’un redoutable assassin est responsable de ces décès apparemment naturels. Aidé par ses ouailles, l’incroyable curé gastronome chemine sur les sentiers du passé et fouille avec obstination dans les secrets inavouables des habitants de Villenac. Découvrira-t-il qui a tué et pourquoi ? Cette truculente enquête nous révèle la vie haute en couleurs d’un village gascon où se croisent une époustouflante sorcière, un devin mystérieux, un maire atypique et notre curé fort en gueule  » qui passe plus de temps devant ses fourneaux que dans sa sacristie ». Et comme il n’est nulle part précisé en quelle prairie, chapelle ou cathédrale le berger doit garder ses brebis, pour le curé de Villenac : « la table valait bien le prie-Dieu ». Drôle, impertinent, gouailleur, anticlérical, savoureux comme les 20 recettes du pays de Paul Rouncats, Ravigote, Arsenic et vieilles soutanes est le premier volume des aventures de notre curé de campagne ». Alors…je ne peux pas dire que je n’ai pas apprécié ce bouquin. C’est clairement drôle, bien écrit (à l’exception des dialogues qui, s’ils sont éminemment truculents, manquent cruellement de naturel, mais tu commences à connaître mon obsession sur le sujet), les recettes donnent très faim et te font prendre 20 kilos rien qu’à les lire, l’enquête est sympathique mais n’est au final qu’un prétexte pour brosser un portrait peu flatteur de la mentalité des habitants de Villenac – car c’est au fond bien de cela qu’il s’agit : une étude de mœurs, un portrait au vitriol des petites et grandes mesquineries humaines. Seulement, il y a quand même des passages qui m’ont hérissé le poil : faire des blagues sur la boulangère qui se prend des pains (pouet) par son mari, personnellement ça ne me fait pas rire – mais je suppose que c’est parce que je suis une féministe coincée et mal baisée (re-pouet). Bref, une lecture sympa mais qui a été gâchée par une mentalité un peu arriérée, selon mes critères (dommage pour un bouquin paru en 2009, même si l’action semble plutôt se dérouler dans les années 80 ou début 90). Note : 14/20.

Le Protectorat de l’Ombrelle, tomes 4 (Sans cœur) et 5 (Sans âge), Gail Carriger : ah, Alexia <3 Je dois dire que je suis très très fan de cette série, et que je suis bien triste que le tome 5 soit le dernier. Voilà ce que devrait être, à mon sens, un bon bouquin de bit-litt : une héroïne attachante, avec des défauts et des qualités qui ne donnent pas envie de lui coller des baffes et en font une vraie personne plutôt qu’une Mary-Sue, des personnages secondaires ultra-bien construits et hauts en couleurs (ils sont tellement géniaux que je ne saurais même pas dire qui je préfère entre Biffy, Geneviève, Ivy, Akeldama, Floote et Lyall), des dialogues à décéder de rire (évite de faire comme Mi et moi et de les lire dans le métro si tu tiens à ta dignité – personnellement comme je n’en ai aucune je m’en fous, mais bon), et surtout, des intrigues qui tiennent remarquablement la route et ne sont pas qu’un prétexte pour mettre l’héroïne en couple avec un beau gosse surnaturel (de toute façon Alexia est mariée et mère de famille, ce qui règle la question). Ultra-bonus : la question du féminisme et de l’homosexualité, abordée de façon plutôt positive et naturelle, ce qui est assez intéressant dans une société victorienne (bien qu’uchronique). Et puis bon, le steampunk, quoi <3 En bref, une série que je te recommande sans la moindre hésitation. Note : 17/20.

Cette semaine, je lis :

Je ne sais pas trop, j’hésite entre le tome 3 de Maeve Regan de Marika Gallman, ou commencer les Kane Chronicles de Rick Riordan. On en reparle la semaine prochaine.

Je te laisse, Atti(l)a me harcèle pour que je joue avec elle.

——————–

Humeur du jour : énervée.

État du Neurone : épuisé.

État du Poual : emmêlé.

Coup(s) de gueule du moment : j’ai des courbatures, alors que je n’ai pas bougé de chez moi depuis 24h et que je me traîne entre mon lit et mon bureau. Pourquoi >_<

Coup(s) de coeur du moment : pas vraiment.

Dans les z’yeux : ooh, c’est la reprise de Copper aujourd’hui \o/.

Dans les z’oreilles : Dead Rock Machine – Far away now (gros gros coup de coeur).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s