MAC – Music addict challenge #1 : mon adolescence en musique

Publié: 17 mars 2013 dans ...Quoi de neuf ?, De temps en temps, je fais des playlists, Fangirlisme acharné, Ma vie (ma Lose, mon poisson rouge)

Un post featuring : encore de la musique, parce qu’on en a jamais assez.

Tu l’auras compris, j’aime bien t’inonder de musique, parfois même te poster des trucs un peu improbables. Alors tu penses bien que quand Psychosexy  a lancé l’idée d’un challenge bimensuel, j’ai sauté sur l’occasion.

Le thème de cette semaine : « Si on parle d’adolescence, autant centrer directement sur le plus fâcheux : le collège. Quels sont les chansons cultes qui résonnaient lors de tes premières booms, qui ont rythmé tes récrés ou tes samedis après-midis ? »

Bon, tu le sais déjà, je suis une vieille, du coup ça va fleurer bon les années 90. Et si j’ai pu échapper aux boys bands (j’étais déjà plus trop dans le coeur de cible), j’ai quand même quelques casseroles que j’assume à peu près. Mais il y a aussi, et déjà, les pierres fondatrices de mon désormais bon goût légendaire (ahah).

Let’s go.

En sixième (1990-91), j’ai déjà un bagage musical intéressant. L’avantage quand on a un papa musicien et une maman mélomane, c’est que j’ai quand même pu bénéficier d’une certaine qualité dans ce qui se déversait quotidiennement dans mes oreilles. Mais bon c’est bien connu, un (pré)ado c’est un peu concon, c’est aussi une éponge, et ça veut faire comme les copains. À l’époque j’écoute en boucle Mylène Farmer et Indochine (ça va, c’est pas encore trop honteux), mais je suis aussi à fond sur Benny B (et là, c’est le drame) (j’écoute aussi MC Hammer, mais ça fait un peu moins dossier compromettant). Mon père essaie tant bien que mal de me ramener à des choses un peu plus écoutables en me dirigeant vers Tears for Fears (j’adhère aussi, je suis pas contrariante).

 

 

En cinquième (1991-92), je suis toujours à fond sur Mylène Farmer (ça va durer longtemps, cette affaire), mais les magazines musicaux que je consomme par kilos me remettent bien vite dans le droit chemin. Quand toutes mes copines s’extasient devant Patriiiick et Rooooch (Voisine, suis un peu), moi je découvre Rock&Folk et je me rappelle que quand j’avais 9 ans, j’étais tombée amoureuse de Robert Smith en regardant le clip de Lullaby à la télé (oui, je sais, j’ai des goûts étranges en matière de mecs). Ça tombe bien, l’album High vient de sortir et c’est le début de la fin. La médiathèque de ma ville va me voir débarquer tous les week-end à la pêche de tous les disques que je peux trouver dans le même genre. Mes parents, qui comprennent que je commence à m’intéresser à autre chose que ce qui passe à la radio, m’emmènent voir Prince à Bercy. Cela dit, comme je ne vis pas dans une bulle, j’écoute aussi tous les trucs improbables qui passent dans les walk-man des copains.

 

 

En quatrième (1992-93), j’ai éclusé tous les rayons de ma médiathèque, découvert Bernard Lenoir et les John Peel Sessions, je bouffe du Siouxsie, du New Order et du Joy Division à longueur de journée, je rencontre Cat’s (qui avant de découvrir Nirvana ne jurait que par les New Kids on the Block et East 17) et je lui fais un peu peur la première fois en lui faisant écouter Close to me de The Cure (je suis très douée pour me faire de nouveaux amis). J’ai reçu une chaîne Hi-Fi pour mon anniversaire, du coup ma chambre devient une usine à K7 pirates. C’est aussi l’année où Depeche Mode sort Songs of faith and devotion, ce qui me rappelle que quand j’avais 9-10 ans, j’écoutais en boucle People are people et que j’aimais beaucoup la coupe de caniche péroxydée de Martin Gore (et ses colliers de perles, et ses jupes en cuir) (oui, je te disais donc que j’avais des goûts étranges). J’userai la K7 de cet album jusqu’à ce que mon walk-man rende l’âme. Ma bulle n’est toujours pas hermétique, alors des fois j’écoute autre chose.

 

En troisième (1993-94), je me dis que la new-wave c’est bien mais qu’il n’y a peut-être pas que ça dans la vie, du coup je me mets à explorer le punk, le rock français, le grunge, le ska, le reggae et plein d’autres trucs, et je pleure beaucoup en apprenant la mort de Kurt Cobain (comme tout le monde, quoi). Le hasard fait bien les choses, ma médiathèque regorge de trésors : Kate Bush, Madness, UB40, Tori Amos, les Sex Pistols, les Bérus, Noir Désir, Nirvana, la Mano Negra, plus rien ne m’arrête, je veux tout écouter. Et comme je ne vis toujours pas dans une bulle, des fois je shake mon booty sur des trucs que j’assumerai jusqu’à la mort, même si c’est ridicule.

 

Après il y aura le lycée, je me ferai des potes qui écouteront les mêmes trucs que moi, je découvrirai Ludwig von 88, Oasis, Blur, Prodigy, Alanis Morissette et encore plein d’autres choses encore, et je me construirai une culture musicale complètement foutraque, mais à peu près correcte.

Je te laisse, et on se retrouve plus tard dans la soirée pour le récap’ de la semaine.

——————–

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités
commentaires
  1. […] second degré rend le quotidien tellement plus agréable). Tu en as eu un aperçu lors du premier MAC, mais rassure-toi, j’en ai bien d’autres en stock […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s