(tu auras bien entendu reconnu ma délicate allusion au lutin islandais de plus célèbre du monde)

Un post featuring : des lutins, des copains, de la BD, la Frangine, du tatouage, de la vodka et le retour de la drogue (toujours la vraie).

Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé de faire un petit récap’ de la semaine dans un post dédié, au lieu de balancer ça en vrac dans mon billet du lundi (c’est que j’essaie d’être un peu moins bordélique, ça marche pas trop bien, mais enfin je fais des efforts, tavu).

Que s’est-il donc passé depuis la dernière fois que je t’ai raconté ma vie ?

Eh bien, pas mal de trucs, en fait.

Jeudi je suis retournée me faire tatouer, parce que c’est bien connu, on sait quand on commence mais jamais quand on arrête. On en parlait avec la Taupinière, ce qui est chouette avec le tatouage, c’est qu’au lieu de te prendre la tête sur ton corps qui ne sera jamais parfait, maintenant tu regardes tes cuisses et tu te dis « ah, y a encore de la place pour de l’encre ! ». Bref, mon nouveau tatouage est sur l’avant-bras droit, il est beau comme tout (ma maman l’aime beaucoup) (j’ai une maman très cool qui adore voir des dessins partout sur la peau de ses filles chéries), et là non plus tu n’auras pas de photo, parce que je suis une sale égoïste.

Vendredi j’étais à l’hôpital pour mon traitement mensuel, et en dehors du fait que ça s’est passé à peu près comme d’habitude, j’ai tout de même essuyé une petite déception en apprenant que le fameux médicament censé aider dans le cadre de la fatigue à la marche n’était toujours pas commercialisé. Neuro m’a donc prescrit un anti-épileptique, ce qui augure encore de franches parties de rigolade (et il m’a fait aussi grimper les 5 étages de l’hôpital pour voir si j’avais mal) (oui).

Pour me remettre de mes émotions, plutôt que de rentrer chez moi ou de m’écrouler dans un fauteuil chez ma femme, et parce que dormir c’est pour les faibles, j’ai préféré aller le soir-même au concert de Björk au Zénith, avec ma Fredouille (parce que Fred et moi on va obligatoirement ensemble aux concerts de Björk, même si c’est que tous les 10 ans, c’est comme ça et puis c’est tout). Et c’était quand même un peu beaucoup magique, même si c’était trop court. Les courbatures de l’enfer qui en ont résulté étaient beaucoup moins magiques, mais bon, je suis une fangirl jusqu’au bout, hein.

Du coup tu pourrais penser que j’en aurais profité pour loutrer tout la journée d’hier. Mais non, Frangine a réussi à me convaincre d’aller me perdre au fin fond du trou du cul du 91 (oui, je suis une connasse de parisienne, je sais) pour le Festival BD au féminin d’Igny, et elle a bien fait parce que même si on est pas restées très longtemps, c’était quand même très chouette. Je suis repartie avec une jolie dédicace de mon tome 2 d’Elinor Jones par Aurore, les 2 tomes de Ash (alors que comme tu le sais, je suis supposée ne plus acheter de bouquins avant le Salon du Livre), et encore plus de courbatures que la veille.

Ensuite je suis allée avec le reste de la Taupinière récupérer Andro chez le tatoueur (son tatouage pète la classe absolue), puis on est allés manger de la junk-food, boire de la vodka à l’Apérock et comparer nos peintures de guerre. Oui oui, comme un concours de bites, sauf qu’avec des tatouages (pour info, ma femme a le plus gros, mais c’est moi qui en ai le plus). C’était cool, mais à ce moment de la soirée, la fatigue a rattrapé tout le monde et mes jambes m’ont gentiment rappelé que j’étais pas loin de décéder.

Du coup aujourd’hui, j’ai décidé de faire la loutre, voilà.

Et je pense que je fais bien, parce qu’avec la semaine qui s’annonce, j’aurai besoin de prendre des forces.

À demain pour de nouvelles aventures littéraires !

——————–

Humeur du jour : Cicaplastée.

État du Neurone : courbatu.

État du Poual : serpillère forever.

Coup(s) de gueule du moment : les jambes raides comme la teub de James Deen (oui, je fais dans la métaphore classieuse aujourd’hui).

Coup(s) de cœur du moment : tout le reste.

Le point JDR : pas moins de trois parties prévues la semaine prochaine. Je vais mourir (mais ça va être bien).

Trucs de greluche : je pense qu’il devient urgent que je trouve le meilleur anti-cernes du monde.

Lecture(s) instructive(s) (ou pas) : Contes désenchantés, David Bry. Je t’en parle demain, bien sûr.

Dans les z’oreilles : Björk évidemment. Pagan Poetry, parce que forcément, j’ai pas pu m’empêcher de verser ma petite larme, en bonne midinette que je suis.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s