Un post featuring : de la Lose, les bouquins de la semaine, de la galette, et encore des cadals puisque hier c’était ma fête.

Bon, on ne peut pas dire que 2013 commence de la meilleure façon qui soit : entre l’entourage malade et/ou crevé, ma fatigue et mes douleurs, et mes Loses avec D*rty, c’est pas exactement l’éclate en ce moment.

Espérons que cette semaine sera meilleure (je pense quand même que oui) et que mes plans ne seront pas trop contrariés par divers impondérables tels que courbatures, machine à laver démoniaque, ou boyfriend souffrant qui me rend malade d’inquiétude (ah non, ça c’est déjà fait).

Enfin, au moins j’ai passé une bonne Epiphanie hier avec Andro, à papoter et manger de la galette avec des litres de thé pour faire passer. Et comme c’était aussi ma fête, le boyfriend avait pensé à me laisser un cadal (encore des livres, tu t’en doutes) (il me connaît si bien). Et j’ai pu avancer dans mes lectures.

Ça tombe bien, c’est lundi librairie aujourd’hui \o/

La semaine dernière, j’ai lu :

Petit éloge des séries télé, Martin Winckler : bon en fait en vrai ça fait déjà un moment que je l’ai lu mais je ne pouvais pas en parler tant qu’il n’avait pas été offert aux potes. Maintenant que c’est fait, je peux te dire à quel point j’ai aimé ce petit bouquin. Hyper intéressant, à lire ne serait-ce que pour le chapitre édifiant concernant le traitement des fictions télévisées en France (qui m’a convaincue, s’il était encore besoin de le faire, de ne jamais regarder une série en VF). Note : 17/20, c’est très court mais passionnant.

Jésus contre Hitler, tomes 1, 2 et 3 (Zombies nazis en Sibérie, Tentacules en folie, Heil Yéti!), Neil Jomunsi : alors, oui, je sais, le titre est complètement WTF. Je te rassure, le contenu l’est aussi. Comment te résumer ça ? C’est une sorte de série feuilletonante (chaque épisode fait environ 70 pages) complètement barrée, sur les aventures du Christ qui est bien décidé à botter le cul d’Hitler, de Cthullu et autres figures démoniaques. C’est n’importe quoi, ça se lit tout seul, et le premier épisode est disponible gratos sur Kindle si ça t’intéresse. Note : 13,5/20. Ça mange pas de pain, ça va très très vite (pas trop le temps de développer les persos secondaires), mais je me suis bien marrée et j’attends même la suite.

Sweets, Kody Chamberlain : « L’ouragan Katrina est sur le point de frapper la Nouvelle-Orléans. A l’aube de la catastrophe, un tueur terrorise les habitants. L’enquête est confiée à l’inspecteur Curt Delatte, mais celui-ci n’est pas en état. Il vient à peine d’enterrer sa fille et sombre dans la dépression. Au fur et à mesure que les cadavres s’amoncèlent, Delatte se ressaisit et se lance à corps perdu dans la chasse au tueur ». Comme je le disais dans mon dernier post, tu me donnes des serial-killers et la Nouvelle-Orléans, moi je suis contente. Ça m’a beaucoup plu, le trait est sublime, l’histoire glauque à souhait, et même si la fin m’a totalement frustrée, je ne peux que te le recommander si c’est le genre d’histoires qui te branche. Note : 15/20, à cause de cette putain de fin.

Les voyages de Jack London, tome 1 : Sauvage, Christopher Golden et Tim Lebbon : la semaine dernière je n’ai pas beaucoup avancé, mais c’est vraiment parce que je n’avais ni trop le temps, ni la motivation pour me coller devant un bouquin. En réalité, ça se lit très très vite, sans aucune difficulté ni temps mort. Un premier tome plutôt sympa, peut-être un peu trop centré sur Jack lui-même (en même temps il est tout seul la plus grande partie du bouquin, mais disons qu’il se regarde un peu beaucoup le nombril), mais définitivement agréable à lire, et qui donne envie de connaître la suite des aventures du jeune London. Note : 14/20.

Le bleu est une couleur chaude, Julie Maroh : « La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir. Elle lui permettra d’affronter enfin le regard des autres ». BD également offerte par Andro (qui avait bien vu que je lorgnais sur son propre exemplaire depuis un bout de temps), et énorme coup de coeur pour cette histoire d’amour. Pour tout te dire, j’ai un peu pleuré comme une merde pendant une bonne partie de ma lecture (à la fin évidemment, mais aussi notamment la première fois que les deux héroïnes couchent ensemble, c’était tellement émouvant que ça m’a foutu les larmes aux yeux). Pour résumer, c’est beau, et je t’enjoins à lire cette BD dans les plus brefs délais. Note : 18/20 (et je donne pas souvent ce genre de note à une BD).

J’ai (pas vraiment) continué :

Yellow Submarine n°128 : en vrai j’ai dû lire une page alors ça compte pas vraiment. Mais j’ai un peu d’autres priorités cette semaine.

J’ai commencé :

Entrechats, Cécile Duquenne : « Lorsque la dépouille d’un sphinx est retrouvée dans le désert, c’est l’occasion rêvée pour Khephren, jeune étudiant en magibiologie, de percer le mystère de ces animaux que l’on dit proches des anciens dieux. Mais à l’heure où magie et technologie se côtoient, et parfois s’affrontent, ses découvertes suscitent inquiétude et convoitise. Prêts à tout pour s’emparer les premiers de la puissance des sphinx, Traditionnalistes et Techs font payer à Khephren le lourd tribut du savoir. Tandis que le braconnage des sphinx prospère, la magie s’amenuise… Surgit alors du désert une aide inespérée : les envoyés des dieux marchent de nouveau parmi les hommes ». Pour tout t’avouer j’ai commencé à lire quelques chapitres qui m’ont parus intéressants, mais je vais le mettre de côté parce que je me concentre sur le précieux du moment…

Soul Kitchen, Poppy Z Brite : « Rickey et G-man, deux chefs qui attirent les ennuis aussi vite que les succès, ouvrent, après Alcool, le restaurant le plus prisé de La Nouvelle-Orléans, un nouveau lieu sur un bateau typique du Mississipi… Et c’est dans un casino flottant qu’ils embarquent pour le dernier volet de leurs aventures, cette fois pimentées cajun… ». Au cas où tu ne le saurais pas encore, je suis une inconditionnelle groupie de Poppy Brite. Mais genre, vraiment vraiment, au point d’avoir poussé un HIIIIIIIII de fangirl sauvage quand j’ai appris qu’il sortait enfin. J’essaie de le faire durer (pas comme Mi, qui a tenté mais l’a avalé en une journée), mais bon, j’en suis déjà à plus de la moitié alors s’il me fait deux jours ce sera vraiment le maximum. Bref : Rickey. G-Man (surtout G-Man). La Nouvelle-Orléans. La bouffe. Des meurtres. De la drogue. Orgasme.

Cette semaine, je lis :

Tu l’auras compris, je termine Soul kitchen (aujourd’hui, donc). Puis après je vais m’attaquer à Or not to be, de Fabrice Colin, que Mi m’a offert pour les fêtes mais qu’elle veut m’emprunter au plus vite (donc du coup je dois le lire avant et si possible rapidement avant qu’elle décède d’impatience). Après je sais pas trop, je pense terminer Entrechats évidemment, mais ensuite vue la quantité astronomique de bouquins qu’on m’a offerts cette année, j’ai un peu l’embarras du choix. Et c’est tant mieux, tu me diras.

Je te laisse, je dois retourner chez le tatoueur.

——————–

Humeur du jour : fangirl.

État du Neurone : frangipané (oui, ça se dit).

État du Poual : fatigué.

Les blagounettes de la semaine : oh, si tu savais le potentiel de WTF que je peux attirer parfois…

Blague n°1 (tant pis pour toi si tu l’as déjà lue sur FB), SAV D*rty, épisode 3647 :

Le réparateur : « bon, on va prendre votre machine en atelier, mais ça va sûrement vous être facturé ».

Moi, un peu surprise : « euh, je suis encore sous garantie, hein ».

Le réparateur : « oui mais votre tambour est bloqué par un élément extérieur : un bout de linge, ou des bouloches par exemple, et ça, on facture ».

Moi, blasée (au point où j’en suis) : « vous savez, généralement quand on achète une machine à laver, c’est pour laver du linge, je peux difficilement empêcher les « éléments extérieurs » d’interagir avec ma machine, ou alors je vais à la laverie mais dans ce cas je vois pas trop l’intérêt d’acheter de l’électroménager chez vous ».

Le réparateur : « …je vais demander à ce qu’on échange votre appareil gratuitement, alors ».

…oui, faites donc ça.

Blague n°2, à la laverie (bah oui, ma nouvelle machine n’est pas encore arrivée) (tant pis pour toi si tu t’appelles Andro) :

Passant qui passe (la tête par la porte de la laverie) : « excusez-moi mademoiselle, sans vouloir vous manquer de respect… »

Moi (« merde, il est déjà si tard que la laverie ferme déjà ? ») : « oui ? »

Passant qui s’inscuste : « c’est juste pour vous dire que je vous trouve très jolie…vous êtes du quartier ? »

…non non, j’ai décidé de faire 10 bornes juste pour que tu me voies les mains dans mes chaussettes sales…qu’est-ce que tu veux répondre à ça, sérieusement ? -_-‘

Coup(s) de gueule du moment : le boyfriend a une pneumonie, bordel (je sais même pas comment il a pu choper ça). Du coup, double traitement d’antibios, quarantaine chez lui (il est pas contagieux mais en même temps il ne sort pas de son lit et dort 18h par jour, mieux vaut qu’il soit chez lui à se faire dorloter par sa mère que chez moi alors que j’ai déjà du mal à me lever sans grimacer de douleur) (bref, on fait un beau couple Ikéa : en kit, et il manque des vis).

Coup(s) de cœur du moment : Soul kitchen, des fois que ça t’aurait échappé.

Dans les z’yeux : ai commencé Castle, avec moult retard puisque j’entame à peine la saison 2. Un cop show bien rigolo et pas prise de tête.

Dans les z’oreilles : The Kills – Cheap and cheerful.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités
commentaires
  1. J’ai eu la même réaction hystérique pour le Poppy Brite ! J’attends la semaine prochaine et la fin de mes partiels pour l’acheter, mais c’est une torture ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s