C’est lundi, que lisez-vous ? #15

Publié: 24 décembre 2012 dans ...Quoi de neuf ?, Je suis une lectrice compulsive, Ma vie (ma Lose, mon poisson rouge)

Un post featuring : les livres de la semaine, et pas grand-chose d’autre.

Mon petit renne de Nowel, si je poste aujourd’hui c’est vraiment par principe, sache-le. Parce que soyons honnête, vu que j’ai acheté tous mes cadals à l’avance, que je suis crevée, et que par conséquent je n’ai absolument rien glandé depuis la dernière fois que je t’ai raconté ma vie…bah, il ne me reste plus qu’à te parler de mes bouquins du moment (ce qui pour une fois en fera un billet strictement conforme à son titre).

Let’s go.

La semaine dernière, j’ai lu :

Le rire de Zorro, Martin Winckler : comme je le disais la semaine dernière, un petit bouquin très intéressant sur le mythe de Zorro et son influence dans la culture populaire moderne, de Batman à Spiderman en passant par Buffy. Clair, concis, foisonnant de détails sans jamais tomber dans le didactique, manifestement le point de vue d’un passionné (la conclusion nous rappelle que c’est tout d’abord un ouvrage écrit par un médecin, et on comprend pourquoi la figure de Zorro est aussi importante pour lui, notamment lorsqu’on lit son blog). Note : 17/20.

Un autre bouquin de Martin Winckler que j’ai beaucoup aimé mais dont je ne peux pas encore te parler, rapport au fait que quelques un-e-s de mes potes devraient le recevoir à Nowel. Je t’en parlerai donc quand j’en aurai le droit (soit probablement pas avant janvier).

Faërie, Raymond Feist : enfin \o/ j’ai réussi à terminer ce bouquin de l’enfer. Il était temps, je crois que j’ai rarement eu autant de mal à finir un livre (en-dehors de ceux que je n’ai pas aimés). Du coup je ne sais plus trop quoi dire à son sujet, ni vraiment quoi en penser. C’est finalement une histoire assez classique de famille s’installant dans une maison ayant appartenu à un bonhomme plutôt étrange, et qui se retrouve confrontée à une série d’événements et de phénomènes allant du simplement bizarre au carrément flippant, pour tomber dans le totalement fantastique à la fin. L’intrigue est longue à se mettre en place, l’action ne commence véritablement qu’au dernier tiers du bouquin, bien que des indices soient émaillés tout le long des premiers chapitres (parfois de façon plutôt grossière, je veux dire, on lit le titre et le résumé du livre, on sait que ça va partir en cacahuète à un moment ou un autre). Je n’arrive malgré tout pas à être complètement déçue, et à ma grande surprise, j’ai plutôt apprécié tout en sachant que c’était pas extraordinaire. Du coup, une note entre-deux : 13,5/20.

J’ai commencé :

Les voyages de Jack London, tome 1 : Sauvage, Christropher Golden et Tim Lebbon : « Jack, dix-sept ans, part à la conquête du Grand Nord pour devenir chercheur d’or. Plus intéressé par l’aventure que par la richesse, il espère se mesurer aux rigueurs du climat et affronter la nature sauvage. Mais Jack est loin de s’attendre aux obstacles qui se dresseront sur sa route : des hommes sans scrupules, prêts à tout pour faire fortune, et surtout des créatures redoutables qui incarnent ce que l’homme abrite de plus sombre en son cœur. Son animal totem, le loup, l’aidera à traverser les épreuves ; pourvu que Jack reste en vie ». Acheté lors du week-end Bragelonne, j’en ai lu un peu moins d’un quart pour le moment. Ça semble être une biographie très romancée (voire complètement fantasmée), avec une grosse dose de fantastique dedans. Pour le moment c’est plutôt agréable et fluide à lire, avec un petit bémol pour les dialogues, un peu trop convenus (mais je dois avoir un souci avec les dialogues en général, dès que ça ne me semble pas complètement naturel, je bloque). J’attends d’en savoir plus pour me faire une opinion, mais ça ne devrait pas me prendre trop longtemps à lire.

Londres, ville de l’imaginaire (Yellow Submarine n°128) : n’ayant lu que les trois premiers textes, je ne peux pour le moment pas en dire grand-chose. Le premier texte est un guide touristique pour fan de SF qui serait super instructif et intéressant s’il n’était pas clairement daté de la fin des années 90 (donc obsolète), le deuxième est un genre de nouvelle écrite par Neil Gaiman sur une expédition de nuit à Soho qui se révèle décevante (l’expédition, pas le texte de Gaiman qui est très drôle), et le troisième est une visite guidée d’un Londres uchronique et steampunk inventé par Gibson et Sterling (donc plutôt chouette). Ça a l’air assez éclectique, du coup je pense que ce sera difficile de se faire un avis d’ensemble.

Cette semaine, je lis :

Honnêtement, si je parviens à lire plus de 100 pages cette semaine ce sera un exploit. Entre Nowel, la kiné, mon anniversaire et la soirée du nouvel an, je pense que je vais passer plus de temps à me plaindre de mes courbatures et à digérer mon foie gras que le nez dans un bouquin. Il n’y aura donc probablement pas de lundi lecture la semaine prochaine, à moins que je trouve l’occasion de programmer un post à l’avance avant dimanche après-midi (ce dont je doute fortement).

D’ici là, je te souhaite un bon réveillon si les fêtes c’est ton truc, de ne pas trop déprimer si ça ne l’est pas, et je t’envoie plein de paillettes dans ton cœur.

——————–

Humeur du jour : winter is coming.

État du Neurone : enfin, s’il pouvait faire moins gris, ce serait mieux (le froid oui, la grisaille et la pluie moins).

État du Poual : courbatu.

Coup(s) de gueule du moment : un jour, j’arriverai à faire des paquets cadeau qui ressemblent à quelque chose. Mais pas cette année.

Coup(s) de cœur du moment : si je me démerde bien, les filles de la Taupinière devraient avoir un petit cadal en plus réalisé entièrement de mes blanches mimines.

Nouveaux-thés (et la bouffe qui va avec) : Euphoria de chez Kusmi, du maté à l’orange et au chocolat, toujours efficace pour se donner un coup de fouet. Sinon, j’ai cuisiné mes premiers topinambours (j’ai géré, honnêtement), fait mes premiers mug-cakes, et improvisé une tarte aux poireaux tout à fait convaincante. Bref, je suis en mode hiver.

Dans les z’yeux : rien de neuf sous la grisaille.

Dans les z’oreilles : je suis une personne de parole. Devant tes yeux émerveillés, l’inénarrable Billy Idol (pour qui j’ai malgré tout une certaine tendresse voire une tendresse certaine, rapport à ses vieux titres et son second degré complètement assumé), avec Jingle Bells Rock. Et joyeux Nowel \o/


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s