(oui, j’ai décidé d’étendre mon lectorat et de parler le jeune, ça ne peut qu’être bénéfique à ma survie si jamais je me faisais attaquer par une horde de zomb – d’adolescent-e-s fan de Twilight / Booba / Secret Story / autre phénomène venu d’ailleurs) (oh ça va, j’ai bien le droit de faire ma pute de temps en temps, hein)

Un post featuring : de la survie en milieu normal, de la survie en milieu culturel, des livres, du thé, des séries, de la kiné, des nouveaux médicaments kikoolol, bref la routine quoi.

Ma kiné est trop mignonne et je la kiffe : déjà, elle a le bon goût de porter le même prénom que Frangine n°1, ensuite quand je lui dis que j’ai marché plusieurs kilomètres la veille d’une séance, elle me laisse faire l’étoile de mer pendant qu’elle me masse. Über-point bonus : quand je lui ai dit lundi que ça ne me dérangeait pas qu’on écourte la séance (elle devait filer chez son ORL à l’autre bout de Paris pour une otite foudroyante) parce que justement la veille j’avais beaucoup marché, elle a tout de suite capté que j’avais été à la manif’ pour l’égalité, a rigolé parce que tous ses patients avaient fait pareil que moi, et m’a dit qu’elle avait regretté de ne pas pouvoir y aller. Trop mignonne, je te dis (bon par contre mercredi elle m’a achevée avec ses exercices àlacon, je sens plus mes cuisses et j’ai pleuré ma mère hier matin en me levant).

En revanche, j’aime beaucoup moins Neuro-plus-si-bien-aimé. Figure-toi que comme les anti-parkinsoniens ça avait moyennement bien marché pour traiter mon épuisement chronique, il a décidé cette fois-ci de me filer des anti-narcoleptiques. Bon, en soi, pourquoi pas, si ça se trouve m’empêcher de dormir va peut-être me redonner la pêche (après tout je suis pas médecin, il sait mieux que moi, tout ça tout ça). Sauf que depuis je me suis procuré le médicament en question, la pharmacienne m’a dit de faire gaffe parce que ça provoquait une dépendance et qu’il fallait que je le prenne sous surveillance, et j’ai lu la notice. Effets secondaires nécessitant l’arrêt immédiat du traitement : hallucinations, bonheur délirant, dépression, comportement suicidaire, psychose. Effets secondaires ne nécessitant pas l’arrêt du traitement mais bien kikoolol aussi : migraines (oui, il est au courant que je suis migraineuse de base), insomnies (oui, il sait aussi que j’ai des insomnies), perte d’appétit (oui, c’est bien lui également qui il y a trois ans a demandé à Frangine n°1 si par hasard je n’étais pas anorexique). Entre autres. Et il ne m’en a pas dit un seul mot. Voilà voilà. Je sens que ça va être pheune, le boyfriend est déjà prêt à foutre le feu à la boîte de médocs.

À part ça, pour changer de sujet et aller dans un registre plus léger, j’étais hier et malgré mes courbatures à l’expo du musée Guimet sur le thé, avec une partie de la Taupinière, et c’était très cool. J’ai bien failli me faire des rails avec tous les thés présentés, j’ai bavé d’admiration devant les ustensiles en céramique, grès, porcelaine de Sèvres, terre cuite, fonte et autres qui m’ont donné envie de faire un casse à la nuit tombée (Mi a même évoqué une opération à base de costumes de Cat’s eyes, tout va bien), j’ai fait aussi un saut à l’expo temporaire Hokusai et parcouru vite fait la collection permanente, j’ai mangé plutôt correctement au restau du musée, et je me suis allègrement ruinée à la boutique en bouquins divers (sur lesquels on a forcément groupisé avec Mi quand on est retournées chez elle) (pour boire du thé, of course). Du coup, si tu es à Paris, je ne saurai trop te conseiller d’aller y faire un tour et de prendre un billet combiné expo temporaire-collection permanente, y a moyen de passer un chouette après-midi.

(et sinon mon tatouage va toujours bien)

Sur ce, la fin du monde étant prévue pour 11h ce matin, maintenant on va peut-être arrêter de nous faire chier avec ces conneries (jusqu’à la prochaine prophétie àlacon). Du coup je te laisse, je m’en retourne à mes livres, mes thés et mes chats, et je te dis à lundi pour les lectures de la semaine.

——————–

Humeur du jour : toujours vivante.

État du Neurone : même si pas en très bon état.

État du Poual : même mes cheveux ont des courbatures, c’est pour te dire.

Coup(s) de gueule du moment : ah oui, Neuro a aussi et encore une fois sous-entendu que peut-être ma fatigue était un symptôme de dépression. Sachant que la seule fois où j’ai souffert de dépression c’était en réaction à des anti-dépresseurs qu’il m’avait prescrits « en prévention » alors que je n’en avais absolument pas besoin, ça me fait doucement rigoler. Le pire, c’est qu’il le sait, et qu’il a à l’époque marqué en gros dans mon dossier : « ne surtout pas prescrire d’anti-dépresseurs ». À croire qu’il s’imagine que parce que t’as une SEP, ça y est, ta vie est foutue.

Coup(s) de cœur du moment : théééééés. Liiiivres. (tu vois, moi aussi je fais vachement bien le zombie)

Lecture(s) instructive(s) (ou pas) : ma foi, je n’ai pas encore entamé ma lecture du Guide de survie en territoire zombie que le boyfriend avait reçu l’année dernière à Nowel, mais je pense qu’il est un peu tard pour ça. À la place j’ai fini deux bouquins passionnants de Martin Winckler, entamé le Yellow Submarine sur Londres et une biographie fantasmée de Jack London, bouquins dont je te parle évidemment lundi (mais tu ne me liras sûrement pas puisque tu risques d’être en famille ou avec tes amis pour fêter Nowel, et entre nous tu auras bien raison et c’est tout le mal que je te souhaite) (sauf si ta famille est calamiteuse et que les fêtes sont une corvée, auquel cas tout mon soutien t’accompagne). Et puis sinon comme tu le sais j’ai craqué ma lingerie à la librairie du musée Guimet, attends-toi donc à ce que je te parle de thé ces prochains jours.

Nouveaux-thés (et la bouffe qui va avec) : et en parlant de Guimet, j’ai bien évidemment acheté le thé créé par le Palais des thés à l’occasion de l’expo. Et il est très bon (même si honnêtement à 15€ la boîte, comme dit Mi c’est plus pour la collec’ que par réel besoin que je l’ai acheté). Accessoirement les mug cakes, c’est le bien, vaisselle et manipulations minimales, comfort-food régressive maximale.

Dans les z’yeux : si tu n’en as pas encore entendu parler, je te conseille de te ruer sans plus attendre sur The Paradise, l’adaptation anglaise d’Au Bonheur des dames de Zola (plutôt très sympa pour ce que j’en ai vu jusque là), et sur A young doctor’s notebook, mini-série elle aussi anglaise, et elle aussi inspirée d’un bouquin, qui raconte les jeunes années d’un médecin fraîchement diplomé au fin fond du trou du cul de la Russie profonde (oui, ça fait beaucoup de pléonasmes, je m’en fous je fais ce que je veux, c’est mon blog, zut), avec Harry Potter et Don Draper dedans. Très, très drôle. Sinon, comme j’ai l’intention de ne visionner l’épisode de Noël de Doctor Who que le 31 avec les coupains, merci de ne pas me spoiler, autrement je risque de mordre.

Dans les z’oreilles : je t’aurais bien mis du Billy Idol botoxé chantant près du sapin de Nowel mais je suis d’humeur généreuse, je vais t’épargner (pour le moment) et ne t’infliger ça que lundi (je suis tellement cruelle). À la place, je vais plutôt faire venir la joie de Nowel dans ton cœur avec les Sex Pistols et leur version très…personnelle de Jingle Bells (du moins je présume que ce sont eux, mais apparemment ça argumente beaucoup sur Youtube). Ne me remercie surtout pas, ça me fait plaisir \o/.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s