Du rhum, des femmes, de la boustifaille et de la littérature

Publié: 22 novembre 2012 dans ...Quoi de neuf ?, Fangirlisme acharné, Je suis une lectrice compulsive, Ma vie (ma Lose, mon poisson rouge)

Un post featuring : du stoïcisme fangirlien, du steak qui poutre sa race, de la revue littéraire qu’elle est bien, du rhum et des ampoules aux pieds.

Or donc, comme je t’en parlais lundi, je suis allée hier, en début de soirée, au lancement de la revue littéraire Le Chant du Monstre. C’était blindé de monde, ce qui était à la fois bien (plein de gens sont venus pour acheter la revue) et pas bien (on a passé plus de temps sur le trottoir avec Mi qu’à l’intérieur). Mais j’ai quand même pu me procurer un exemplaire (par ailleurs un très bel objet avec de chouettes illustrations – d’ailleurs si ça t’intéresse, il sort demain en librairie), boire un peu de champagne, taper la discute avec un pote croisé par hasard, et quand Elise est arrivée, faire la bise à Fabrice Colin, avec qui j’ai pu échanger trois mots avant de devoir ressortir tellement la galerie était pleine. De toute façon c’était pas plus mal parce que, même si grâce à mon stoïcisme légendaire j’ai réussi à ne pas me ridiculiser, ma timidité maladive m’aurait empêchée de tenir une conversation intelligente (ce qui m’arrive environ 90% du temps quand je rencontre quelqu’un pour la première fois).

Cela dit c’était tellement plein que lorsque Andro nous a rejointes, on a décidé de ne pas s’attarder et d’aller boire un verre dans le quartier. Sauf qu’en cours de route je me suis rappelée qu’il y avait un resto pas trop loin de chez Andro que je voulais tester depuis à peu près 3000 ans, on a donc poussé jusqu’au Canal Saint Martin pour aller manger un steak chez Bang !, dont j’avais lu beaucoup de bien à propos de ses viandes de bœuf et de ses vins.

On a bien fait : un foie gras maison approuvé par Elise (dont le papa fait son foie gras lui-même et qui donc a un haut niveau d’exigence), une super tourte au bœuf et gorgonzola qui réussissait à être légère, des gambas à l’avocat qui poutraient tout et un os à moelle à tomber par terre, rien qu’avec les entrées on savait qu’on allait revenir. Les plats ont fini de nous tuer sur place : de vraies frites maison légères et croustillantes, un porc à la coriandre qui fondait dans la bouche, du Black Angus à se taper le cul sur le sol, des cuissons parfaites. Ajoute à tout ça une sélection de vins natures plus que corrects, et on était comblées. Honnêtement, ça faisait un moment que j’avais pas aussi bien mangé, et si tu as l’occasion d’y faire un tour, n’hésite pas.

Ne restait plus qu’à se terminer à l’Apérock du côté d’Oberkampf, une valeur sûre en matière de cocktails qui dépotent (je te recommande personnellement L’Aventurier ou le Raide Zeppelin si tu aimes beaucoup le rhum).

Bon par contre, je suis pas sûre que ma kiné approuve l’état de mes pieds tout à l’heure : faire Hôtel de Ville – Filles du Calvaire – Quai de Jemmappes – Oberkampf – République à pieds avec des talons, mêmes compensés, c’était franchement pas l’idée du siècle…

——————–

Humeur du jour : ah bah oui, forcément, tu fais des efforts, tu dors 10 heures, c’est comme ça que ça marche maintenant.

État du Neurone : aïe.

État du Poual : RAS.

Coup(s) de gueule du moment : j’aurais vraiment dû mettre mes creepers >_<

Coup(s) de cœur du moment : j’ai mes places pour l’avant-première de The Hobbit \o/

Trucs de greluche : j’ai découvert le meilleur démaquillant ever, genre 10 ans après tout le monde. En plus je peux soigner mes cheveux et cuisiner avec (oui, je te parle de l’huile de coco, ce truc est miraculeux).

Nouveaux-thés (et la bouffe qui va avec) : un rooibos merveilleux avec de l’orange, du gingembre et plein d’autres trucs, que j’ai trouvé dans la box Envouthé de novembre.

Lecture(s) instructive(s) (ou pas) : je vais bien entendu m’atteler au plus vite à mon exemplaire du Chant du Monstre. Sinon, Le chat noir et autres nouvelles d’Edgar Poe, une de mes idoles de jeunesse (il y a de fortes chances que je connaisse déjà tous les textes du bouquin mais qu’importe, c’est toujours bon). Et puis Faërie, de Raymond Feist, mais je doute pouvoir le terminer à temps pour lundi.

Dans les z’yeux : je suis tellement en retard, ça devient vraiment n’importe quoi.

Dans les z’oreilles : Jen Titus – O Death, une chanson que j’avais découverte dans Supernatural. Voici la version intégrale, malheureusement pour la vidéo c’est random sur Youtube, y en a pas d’officielle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s