Un post avec dedans : des livres évidemment (mais bon j’aurais pu tout aussi bien dire des scones aux myrtilles, vue ma tendance à ne jamais coller au thème de mes posts) (je ne sais pas pourquoi, j’ai envie de manger des scones en ce moment. Avec du beurre fondu dessus).

Bon, en vrai, j’ai réussi à programmer ce post à l’avance, donc si ça se trouve lundi j’aurai lu encore autre chose, mais on va faire comme si j’étais quelqu’un qui se tient à son planning (ahah).

Donc, la semaine dernière, j’ai terminé :

Les Dragons de Meereen, de George RR Martin : qu’est-ce que j’avais dit déjà ? Ah oui. Que j’allais le faire durer. Ouais ouais. Il a duré, ouais. Deux jours. Maintenant je vais me rouler en boule dans un coin en attendant le tome 15 en janvier. Et vraiment, ce que je trouve génial, c’est que l’auteur ne s’accorde aucune facilité dans le scénario (et du coup le lecteur n’a aucun moment de répit).

Détails sur le produitQuadruple assassinat dans la rue de la Morgue, de Cécile Duquenne : le premier tome des Nécrophiles anonymes m’a un peu laissée sur ma faim. J’ai beaucoup aimé l’humour des personnages, dont certains sont très hauts en couleurs, en revanche, j’ai malheureusement deviné tout de suite la trame de l’intrigue et l’identité de l’assassin. Cela dit ça m’arrive à peu près à chaque fois que je lis un bouquin dont le scénario contient une enquête, donc je ne peux pas vraiment le reprocher à l’auteur (mais du coup effectivement, je suis un peu frustrée).

Rage de dents, premier tome de Maeve Regan, de Marika Gallman : bon déjà, comme dirait Andro, les couvertures de chez Milady ressemblent à un accident génétique entre Harlequin et SAS, et vraiment, il faudrait que ça s’arrête, parce que c’est très laid. Ensuite, si Mi n’en avait pas fait une review plutôt positive sur son forum, et si l’e-book n’avait pas été bradé à 0,99€ pendant le weekend Bragelonne, je ne me serais certainement pas penchée dessus. Parce que la couverture et le résumé m’auraient plutôt donné envie de fuir en courant (Anita Blake, bonjour !). Mais puisque même lire du Harlequin ne me fait pas peur, j’ai passé outre ma réticence et j’ai lu : c’est plutôt pas mal, pour de la bit-litt (moins que Mercy Thompson, mais bon). Au moins l’héroïne ne se la joue pas sainte-nitouche, et est plutôt du genre à jurer comme un charretier et à balancer des coups de genoux dans les couilles (même si évidemment elle est ultra-bonnasse – je me demande si un jour, on aura une héroïne de bit-litt moche, parce qu’à part Mercy Thompson et Kate Daniels qui sont presque normales, les autres sont toutes des canons). Quoi qu’il en soit ça ne m’a pas pris des heures à lire, et je suis curieuse de voir la suite, donc je n’ai pas perdu mon temps.

Baroque’n’Roll d’Anthelme Hauchecorne : plutôt une très bonne surprise. Bon, après avoir lu la préface, écrite par l’auteur, j’avais déjà un bon a priori, à cause du nom (je ne sais pas si c’est un pseudo ou des parents particulièrement farceurs, mais j’adore ce genre de blaze totalement out of nowhere), de l’humour, du metal qui tache, du goth (pas trop) dépressif, et des références au JDR. Sa bio en fin d’ouvrage m’a fait mourir de rire, ce qui m’a confortée dans mon opinion. Certaines nouvelles sont très drôles (surtout Nuage rouge, Permission de Minuit et Cons comme les blés), d’autres m’ont moins plu (trop rapides pour vraiment rentrer dans le texte, je pense), d’autres sont vraiment malsaines, mais dans l’ensemble, c’est un chouette recueil où là aussi, l’auteur évite souvent les situations confortables (et c’est tant mieux).

Cette semaine, je lis :

Les Maléfices du temps, de Michel Rozenberg : autre trouvaille pêchée lors de la soirée Asgard / Midgard / Lokomodo aux Caves Alliées, dont le thème (confusion, perte de prise sur le réel, cauchemars, folie, regrets) m’a tout de suite plu. À voir si le style est à la hauteur.

Entremonde, de Neil Gaiman : « Lors d’une course d’orientation, Joey, un lycéen ordinaire, découvre qu’il a le pouvoir de voyager dans des univers parallèles. Ce qui n’est pas sans poser certains problèmes, car il se retrouve dans un Entremonde composé de trois millions de planètes, au beau milieu d’une guerre entre Empire des sciences et Royaume de la magie. Pire ! il y est chargé, avec une armée composée de ses doubles de dimensions différentes, de préserver l’étanchéité paisible qui règne entre les mondes… « . Bon, c’est un roman jeunesse, mais c’est pas rédhibitoire pour moi, et surtout c’est Neil Gaiman, et pour l’instant je n’ai jamais été déçue par ce qu’il écrit (en même temps, c’est Dieu). Et puis celui-là je ne l’ai pas encore lu, et ça, c’est inacceptable donc ça suffit comme raison pour que je me jette dessus.

Comme des fantômes, de Fabrice Colin : « Que se passe-t-il quand un auteur abandonne ses personnages ? Quand l’Alice de Lewis Carroll oublie de fêter ses 130 ans ? Quand Peter Pan entend vous faire payer ses orientations sexuelles ? Que se passe-t-il lorsqu’un lecteur est pris au piège d’un cadavre d’histoire, qu’un détective devient fabriquant de spectres ou que la mort d’un poète fait surgir une forêt ? Expert en fantômes et en fées, docteur ès faux semblants et machinations troubles, Fabrice Colin possédait sur ces questions – et sur d’autres – des avis très personnels. C’était avant 2005 : avant qu’un incendie accidentel ne mette un terme brutal à ce qu’il appelait lui-même  » ma petite carrière d’ombres « . Au cas où tu ne le saurais pas encore, je suis une inconditionnelle groupie de Fabrice Colin. Jusqu’à présent il n’y a pas encore eu un bouquin de lui que je n’ai pas aimé (d’un autre côté, je suis loin d’avoir éclusé toute sa bibliographie, et elle est prolixe), quels que soient le style ou le thème.

Et comme trois bouquins, ça ne va sans doute pas me tenir la semaine, je pense enchaîner avec Dépression de Brice Tarvel dont je t’ai déjà parlé, Vivants de Isaac Marion (une histoire d’amour avec des zombies dedans), ou D’une rive à l’autre de Mathieu Gaborit (dont je suis aussi une groupie acharnée). Voire les trois.

C’est que j’ai du stock à écouler, mine de rien…

——————–

Humeur du jour : hum.

État du Neurone : … c’est à dire qu’en ce moment, c’est laborieux, hein…

État du Poual : en berne.

Coup(s) de gueule du moment : va vraiment falloir que je me décide à aller voir mon banquier. Ça m’épuise d’avance.

Coup(s) de cœur du moment : Pepsi qui nous ramène du chocolat quand il sort du boulot.

Le point JDR : je t’ai dit la dernière fois que Crime, j’avais kiffé. Bon bah Agone, je kiffe aussi, toujours. Mais ce sera mieux quand on pourra jouer vraiment.

Trucs de greluche du moment : vu qu’avec ma patte folle je peux pas trop me permettre les talons hauts en ce moment, je veux me racheter des Creepers. Maintenant il va falloir choisir entre le motif léopard, le motif dalmatien, ou des noires toutes simples. Ah oui, il me faudrait aussi de nouvelles rangers, parce que j’ai niqué toutes mes paires.

Nouveaux-thés : thé noir épicé de chez Monoprix Gourmet.

Dans les z’yeux : hiiii, Treme reprend aujourd’hui \o/. Si tu ne connais pas, fonce, c’est génial : la Nouvelle-Orléans trois mois après Katrina, du jazz, du blues, du funk, une ville qui tente de se reconstruire et des destins qui se croisent, le tout poignant sans verser dans le misérabilisme ni dans le cliché.

Dans les z’oreilles : Amanda Palmer – The killing type (attention jeune créature sensible, hémoglobine par hectolitres entiers).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités
commentaires
  1. ChrisTais dit :

    Anita Blake… comment dire… je n’ai pas réussi à aller plus loin que le 1er tome.
    J’adore Kate Daniels, je la place un chouille avant Mercy même.

    • Myschka dit :

      Non mais Anita Blake c’est le niveau zéro de la bit-litt, on est bien d’accord. Kate Daniels c’est super, mais j’ai cru entendre quelque part que la série n’allait plus être traduite :(

  2. ChrisTais dit :

    Elle a été traduite jusqu’au tome 4 mais il n’est pas sûre effectivement que ça aille au delà.
    Je connais une personne qui travaille chez Bragelonne et sur la série Milady, Tu n’imagines pas à quel point je l’ai harcelé sur cette série. ^^
    Maintenant je travaille mon anglais pour profiter de la suite en VO. Le tome 5 est un peu brumeux pour moi pour l’instant., Je ne maitrise pas assez la langue.

    Je dirais que le niveau O de la Bit-lit c’est Merry Gentry ( du même auteur), si jamais tu tombes dessus, fuis ! Ou alors achètes le 1er tome mais d’ocaz.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s