Et toi, qu’est-ce que tu vas regarder dans les prochains mois ?

Publié: 9 septembre 2012 dans ...Quoi de neuf ?, Je suis maladeuuuh, complètement maladeuuuh, Ma vie (ma Lose, mon poisson rouge), Séries addict

Un post rédigé avec les pieds parce qu’Atti(l)a a décidé de squatter mon bureau et mon clavier, avec : des séries (forcément), un point SEP, des bouquins qu’ils sont bien, des étagères (enfin), et un peu trop d’hypocras pour l’étanchéité de mon compte bancaire.

Théoriquement j’aurais dû programmer ce post il y a un jour ou deux, mais comme je suis une indécrottable feignasse doublée d’une alcoolique mondaine, je fais ça un dimanche soir, même pas peur.

Passons vite fait sur ma vie ô combien passionnante :

– J’ai enfin mes étagères supplémentaires dans mon salon (qui commencent doucement mais sûrement à se remplir de livres mais surtout qui sont en passe de devenir la nouvelle attraction à la mode pour les chats), reste encore à faire les étagères dans la chambre et la salle de bain, et les moustiquaires aux fenêtres.

– Le boyfriend est toujours merveilleux.

– J’ai encore été malade, parce que quand un truc se calme autre chose prend le relais sinon c’est pas drôle.

– La bêtise des gens m’étonnera toujours (mon boulot est fantastique).

– Je retourne à l’hôpital mardi et il était temps parce que 6 semaines sans Tysabri ça commence à faire long pour l’organisme.

– Ma machine à laver fuit depuis plus d’un mois et le SAV de Darty commence un chouïa à me broyer les ovaires sur ce coup-là (déjà trois fois qu’un réparateur vient et qu’il n’a pas la bonne pièce – heureusement que je suis encore sous garantie). Piscine gratuite dans ma salle de bain dès que je veux faire une lessive \o/

– J’ai eu l’impression d’être revenue au collège hier soir (l’alcool en plus). À part ça, nous sommes des gens tout à fait matures et raisonnables. Hum.

– Et les concerts de musique celtique aux Caves Alliées c’est sympa mais un peu moins quand le voisin vient faire chier (à 20h30 un samedi soir) parce que ça fait trop de bruit (les gens qui se plaignent du bruit dans un quartier étudiant / une rue où il n’y a que des bars = les gens qui habitent Pigalle et qui se plaignent des putes : soyez logiques, les gens).

Bref, ma vie est fascinante. Mais retournons si tu veux bien à l’objet principal de ce post, à savoir les séries de cette rentrée. Je fais l’impasse sur celles qui reprennent, j’en ai déjà longuement parlé il y a dix jours.

Or, donc. Voici ce qui m’interpelle pour la rentrée 2012 (évidemment c’est susceptible de changer plus tard, et j’ai pas encore regardé toutes les nouveautés à venir) (les résumés entre guillemets viennent du site serieall.fr) :

Guys With Kids : « Trois trentenaires se plaisent bien dans leur nouveau rôle de père bien qu’ils n’aient pas encore grandi dans leurs têtes… ». Bon OK, clairement c’est du sitcom. Reste à voir si ça va être du sitcom pas trop débile qui va bousculer les clichés, ou pas.

666 Park Avenue : « Un jeune couple tout juste débarqué du Midwest emménage dans une résidence new-yorkaise très chic de l’Upper East Side, dont ils deviennent les gérants. Ce qu’ils ignorent, c’est que tous les habitants ont signé un pacte avec le Diable ». Ça peut être très intéressant, si la série se concentre vraiment sur le côté pacte diabolique (et pas sur les relations de couple).

Copper : 1860, à New-York, des flics irlandais, de la mafia, des vétérans de la guerre, du médecin noir affranchi, des putes et des mendiants. J’ai vu un épisode pour l’instant, c’est sympathique mais je pense que ça va plus plaire au boyfriend qu’à moi, sauf si l’intrigue se tient sur la durée, auquel cas, bonne pioche. À voir sur le long terme, en tout cas l’esthétique est pas mal du tout.

Elementary : bon, alors là, j’avoue que je suis plus que mitigée. Parce qu’une version moderne des œuvres de Conan Doyle, Moffat l’a déjà fait, et avec brio. Et parce que je vois pas l’intérêt de faire un Watson au féminin, si ce n’est pour assouvir le vieux fantasme du Johnlock, que je ne comprends pas forcément d’ailleurs, puisque beaucoup de choses reposent sur l’ambiguïté de la relation entre Holmes et Watson et que s’il n’y a plus d’ambiguïté, l’intérêt disparaît (d’autant qu’entre eux il y a autant de tension sexuelle que dans un épisode de Derrick vu que Holmes est totalement asexuel – sauf quand il s’agit d’Irene Adler – , mais bon). Alors admettons qu’il y en ait à qui ça plairait de voir Sherlock et John se tripoter la nouille : pourquoi pas, mais dans ce cas autant garder un Watson masculin. Une fille c’est juste pour le côté politiquement correct, quoi. Enfin je regarderai quand même le pilote, parce que ça reste du Sherlock.

Revolution : « Il y a 15 ans, un étrange phénomène a désactivé toute forme technologique de la planète, des ordinateurs aux moteurs de voitures. Le peuple a dû s’adapter pour faire face à un monde sans technologie, laissant la place aux milices et groupes militaires ». En gros, du post-apocalyptique, qui peut être très cool (puisque c’est du JJ Abrams et que Fringe c’est génial). Mais comme ça peut tout aussi bien tomber dans le n’importe quoi (JJ Abrams a aussi commis Alcatraz, qui est admettons-le complètement raté).

The New Normal : « Un couple gay qui souhaite fonder une famille fait appel à une amie pour devenir leur mère-porteuse ». Bon, c’est une nouvelle série de Ryan Murphy (je t’ai déjà dit à quel point j’ai adoré la première saison d’American horror story) donc forcément ça me parle. Reste à savoir si ça va tomber dans le cliché-guimauve (comme Glee depuis la troisième saison) ou si ça va être un coup de génie.

Crossbones : l’histoire de la première nation pirate. Je crois que tout est dit, je vais forcément regarder.

Nashville : une série musicale sur fond de country. Oui alors je sais, présenté comme ça, ça donne pas envie. Mais y a Connie Britton, et je l’aime d’amour (Friday night lights et American horror story font partie de mes séries préférées – non, je ne suis pas schizophrène, ça suffit maintenant – et elle y est tout simplement géniale).

C’est là que je me rends compte que ma sélection est d’une incohérence absolue. C’pas grave, je suis pas à une contradiction près.

Et comme ça me soûle de faire une conclusion : à la prochaine, pour de nouvelles z’aventures !

——————–

Humeur du jour : on est dimanche soir, je viens à peine de sortir de la douche, j’ai encore rien fait de la journée. Tout est normal.

État du Neurone : ibuprofènisé (massivement).

État du Poual : pointes sèches.

Coup(s) de gueule du moment : ahah. Je pensais qu’à mon nouveau poste, les gens étaient un peu plus intelligents. Hélas, pas tous : j’ai une collègue (au demeurant pas méchante, mais pour le coup tant de stupidité m’a laissée coite) qui a quand même osé me sortir qu’elle était en retard dans son taf (et pour lequel je lui file un coup de main quand j’ai du temps libre – la précision est importante, ce n’est pas mon job, à la base) parce que j’étais absente. Déjà, ça passe moyen. Mais la chère femme ne s’est pas arrêtée là, non, tu penses bien. Non contente de me dire que c’est de ma faute si son boulot n’est pas fait (oui, j’emphase beaucoup, mais ça me fait encore halluciner, une semaine après), elle me file du taf en urgence, que je fais plus vite que prévu, parce que, soyons clairs, j’ai autre chose à foutre. Je lui précise quand même que vu l’état de mon système nerveux en ce moment, ce serait peut-être mieux qu’elle le fasse elle-même ou alors qu’elle ne s’attende pas à des miracles (elle est tout à fait au courant de ma situation). Comme je m’y attendais, le lendemain, elle revient me dire qu’il y a deux-trois erreurs minimes et qu’il faut vraiment que je fasse gaffe, sachant que sur les dossiers compliqués je n’ai fait aucune erreur, mais que les dossiers simples ont été l’objet de fautes d’inattention. En temps normal la remarque aurait été justifiée, donc je corrige les problèmes, tout en lui redisant que là-tout-de-suite-en-ce-moment, vue la dernière quinzaine très difficile que j’ai vécue sur le plan médical, me filer du boulot de précision n’est pas l’idée du siècle. Et là, la réplique qui tue : « ah mais tu sais on a tous des problèmes, moi aussi j’ai passé 15 jours très difficiles, j’avais un rhume« .

Ah bah oui, là tout de suite, je relativise vachement le fait d’avoir une SEP, dis-donc. C’est sûr que le nez qui coule vs la myéline en vrac, y a pas photo.

Coup(s) de cœur du moment : le retour du petit blond avec une chaussure blanche (Taupinière reprezent <3 ).

La blagounette de la semaine : se faire draguer en faisant la queue aux toilettes, priceless.

Le point JDR : j’aurais bien aimé te raconter à quel point Mississippi c’est génial, mais le MJ étant malade, la partie a dû être reportée à une date encore non définie. Cela dit ça m’aura permis de découvrir encore un livre merveilleux de George RR Martin…

Lecture(s) instructive(s) (ou pas) : …dont je te parle ici, admire la transition de folie. Riverdream, donc, un bouquin fabuleux sur les vampires mais qui parle plus du fleuve Mississippi, des bateaux à vapeur, de l’abolition de l’esclavage, de l’Amérique au moment de la guerre de Sécession, de la nature humaine et de la notion de morale, du bien et du mal. Très, très chouette.

Et dès que je le termine j’enchaîne avec le recueil de nouvelles Mythologie française de Sébastien Lapaque, dont on m’a dit le plus grand bien. Pour les intéressé-e-s, il est d’ailleurs en dédicace ce jeudi 13 septembre aux Caves Alliées.

Au même endroit mais le lendemain, séance massive de dédicaces des éditions Asgard/Lokomodo/Midgard et Les Lucioles, avec nouveautés en avant-première, il va falloir que je prévoie le budget en conséquence.

Et enfin, comme j’ai malheureusement égaré pas mal de livres lors de mes déménagements successifs après les événements de décembre 2009, j’ai recommandé mes Spanbauer chéris sur Amazon, parce qu’il est hors de question que je fasse une croix dessus.

Trucs de greluche du moment : j’attends ma commande iHerb, parce que j’ai le cheveu en berne en ce moment. Il faudrait d’ailleurs que je me coupe les pointes (parce qu’elles ressemblent à rien) et la frange (parce que ça fait seulement deux semaines que je l’ai taillée et qu’elle a déjà repoussé). Et tant qu’à faire, que je refasse un dégradé qui ait l’air d’un dégradé (l’avantage quand tu te coupes les cheveux toute seule c’est que ça te coûte pas un rond, l’inconvénient c’est que quand t’es une feignasse et que tes cheveux poussent rapidement, tu laisses vite ton crâne en friche).

Nouveaux-thés : définitivement, la Thé-box, elle tue. Surtout quand tu la reçois en même temps que la Gastronomiz spéciale pâtisserie.

Dans les z’yeux : Dinosaurs ! In a spaceship ! (DW-groupie, toujours).

Dans les z’oreilles : Rye Rye – New thing.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s