Le premier jour du reste de ma vie ?

Publié: 28 décembre 2009 dans ...Quoi de neuf ?, Ma vie (ma Lose, mon poisson rouge)

Derrière cette référence un peu foireuse se cache, je l’espère, une profession de foi. Aujourd’hui, j’ai trente ans et une vie à (re)construire, alors autant considérer ça comme une sorte de renouveau.

Instant emo mis à part, comme je le disais dans mon précédent post, quand je ne fais pas des trucs chiants (= administratifs/médicaux/bancaires, ne rayer aucune mention inutile), je ne passe pas non plus mon temps à déprimer dans mon coin. J’aurais même plutôt tendance à dire que j’essaie de faire le plus de choses possibles histoire de m’empêcher de trop penser (enfin, quand je ne crache pas mes poumons ou quand je ne dors pas, aussi : étonnamment ça faisait des années que je n’avais pas aussi bien dormi, d’une manière générale…faut croire qu’au bout d’un moment, les nerfs et le corps ne suivent plus).

Or donc, je m’occupe. Genre y’a deux semaines je suis allée voir Orphee’s cry en concert à la Boule Noire et c’était vachement bien. Je trouvais déjà le premier EP plutôt sympa, mais le deuxième est sans comparaison, je ne peux d’ailleurs que vous conseiller de vous jeter sur le MySpace des mouflets et/ou de contribuer financièrement en achetant leurs titres sur les plateformes de dl légal (pas chers, pas chers mes mp3 !).

Puis je suis allée voir Avatar aussi. Bon, alors oui, le scénar tient sur un ticket de métro et oui, c’est bourré de clichés (voire même c’est une compilation de clichés). Mais il ne faut pas oublier à quel type de public le film s’adresse et remettre les choses dans leur contexte. Ce qui semble d’une pauvreté intellectuelle sans nom chez nous est limite subversif chez nos amis étatsuniens, il faut quand même s’en souvenir…Enfin, ceci mis à part, esthétiquement, c’est une pure tuerie, et je pense que même en 2D le spectacle est au rendez-vous. Pour résumer, c’est un très beau film, mais faut pas chercher la réflexion profonde et subtile, quoi. À partir du moment où on en tient compte, on passe un très bon moment, du moins je trouve.

Après j’ai fêté le joyeux pédophile en rouge avec ma maman et Suliane, et c’était très bien, très tranquille, plein de bonnes choses mais surtout plein de champagne (et de thé, et de macarons). Je préfère largement ça à une réunion de famille, la smala au complet avec papy René qui finit en douce les fonds de bouteilles et la petite cousine qui fait sa crise d’adolescence avec le mp3 sur les oreilles pendant que le reste des convives se balance des vacheries entre le fromage et la bûche. Après, tout est une question de point de vue évidemment.

Et enfin samedi ce fut soirée Pouffes on the péniche en compagnie de ma femme, avec dedans de l’instant pouffiasse avec produits de beauté Lush pailletés qui sentent (super bon) la greluche et chaussures à talons aiguilles violet électrique (et boucles d’oreilles guitares rouges à strass), du Jurançon pour accompagner les patates et le jambon aux herbes, du thé, du languedeputage, de la vodka (beaucoup de vodka), une playlist de fou spéciale fangirlisme aigu (The Figurehead quoi, j’ai cru que j’allais limite pleurer de joie) et même des boucliers anti-boulets (les mêmes qui furent responsables de notre état d’ébriété avancé relaté dans ce post, comme quoi les rencontres fortuites des fois ça donne des trucs sympa).

Et évidemment, après tout ça, du loutrage intensif parce que bon au bout d’un moment il faut savoir s’arrêter aussi (c’est que je suis une trentenaire maintenant, il faut savoir rester raisonnable comme dirait ma femme, et surtout je me découvre des courbatures dans des endroits dont j’ai sans doute soupçonné l’existence un jour mais dont je ne me souvenais définitivement plus depuis des lustres), et puis surtout demain je recommence la lutte avec cette fois-ci ma banque dans le rôle du super-vilain (avec un sens de l’humour très très opaque encore une fois, faudra que je vous raconte), et après faut que je me prépare psychologiquement à la soirée du nouvel an/mon anniversaire, où ça risque encore une fois de terminer en grand n’importe quoi.

Bref, still alive, bitches.

——————–

Humeur du jour : loutre.

État du Neurone : six lettres.

État du Poual : pas mieux, Josette remporte la manche.

Coup(s) de gueule du moment : punaise, j’aurais jamais cru que reprendre cinq kilos c’était si difficile. Pour le reste je pense que vous vous en doutez un minimum alors inutile de s’attarder dessus.

Coup(s) de cœur du moment : même chose, j’pense que vous vous en doutez un peu quand même (y compris les cinq kilos à prendre : zéro culpabilité quand je décide de m’enfiler du foie gras ou de la crème chantilly à pas d’heure, ça a ses avantages).

Lecture(s) instructive(s) (ou pas) : Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit, Le petit livre du rock de Hervé Bourhis, Un don de Toni Morrison et J’aurais adoré être ethnologue de Margaux Motin (et pour le coup je suis une garce parce que c’est le cadeau de Nowel que j’offre à sœurette n°2, et que je l’ai lu avant elle – en même temps mademoiselle se la coule douce à NYC pour les fêtes alors bon, hein).

Dans les z’oreilles : je vous aurais bien mis The Figurehead de The Cure mais elle est quand même super déprimante, alors à la place, le futur tube du nouvel EP d’Orphee’s cry, Heroin (toujours dans le widget à droite).

Publicités
commentaires
  1. bertrand dit :

    et dire que j’ai failli oublier l’anniversaire de l’ainée de mes nieces…

    bon anniversaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s