Bronchite et vide-dressing

Publié: 29 novembre 2009 dans ...Quoi de neuf ?, Ma vie (ma Lose, mon poisson rouge)

Note pour plus tard : éviter de danser toute la nuit avec des chaussures à talons, fussent-elles ultra-confortables en temps normal, quand on sait qu’on est déjà de base moyennement en état de sortir. C’est officiel, je n’ai plus de voûte plantaire, et mes poumons ne sont pas loin du décès clinique.

Mais n’empêche, je me suis bien marrée, et je regrette pas d’avoir décidé de sortir malgré tout (soit mon rhume pas vraiment guéri et qui du coup est bien parti pour durer, un manque de sommeil flagrant et une motivation proche du niveau zéro, voir de l’abyssal). Pourtant ça partait pas très bien au départ : entre Cat’s qui avait mal au dos et qui ne pouvait donc pas venir avec nous à la péniche, Ana qui avait accepté de bosser toute la journée au salon du livre de Montreuil (et qui donc était debout depuis 6h du mat’), Mi qui ne pouvait pas être là avant au moins une heure du matin, et moi à moitié malade, ça sentait bien le plan foireux où tout le monde allait annuler au dernier moment, ce qui aurait été particulièrement dommage étant donné qu’on avait tous plus ou moins besoin de décompresser.

Mais il faut croire que la Lose aussi a de temps en temps besoin de prendre des vacances, ce qui fait qu’au final, hormis Cat’s qui définitivement n’était pas en état de bouger, les Pouffes étaient quand même de sortie hier soir, avec en guest-stars le Coteaux du Layon de Corriel, la jolie L. que je rencontrais pour la première fois (et qui a un super beau tatouage <3), des crêpes à la bière, de la vodka-Redbull, une bonne playlist, et Pepsi et F. qui ont joué les boucliers anti-boulets (et un peu anti-froid aussi, parce que punaise la terrasse par grand vent c’était quand même violent >_<).

Bref, j’ai bien bu, bien dansé, j’ai plus de pieds, et je bénis mille fois le petit-déjeuner ultra-protéiné, le litre de thé et les deux Prontalgine que j’ai pris avant d’aller m’écrouler façon étoile de mer agonisante vers 10h du mat’, parce que je pense que sans ça le réveil aurait été beaucoup plus douloureux. Et je bénis encore plus les bouchons d’oreilles que Corriel m’a gentiment donnés parce que ça faisait longtemps que j’avais pas aussi bien dormi : presque huit heures de silence absolu et de vrai repos, autant dire qu’en ce moment entre les miaulements intempestifs de Néron et la toux de tuberculeux en phase terminale des autres occupants de la maison, on peut pas vraiment dire que j’aie beaucoup la paix et que mon sommeil soit d’une qualité irréprochable (quand j’arrive à dormir malgré le bruit, ce qui n’arrive pas souvent).

À part ça, j’aurais bien aimé faire un tour au salon du livre pour faire un coucou à Ana et pleurer devant des bouquins que je ne peux pas me payer, mais je crois que je vais plutôt hiberner un jour ou deux le temps que mon rhume me lâche un peu. Et peut-être enfin me décider à organiser un vide-dressing pour revendre les fringues que je ne peux plus mettre, aussi (parce que franchement hier avec ma jupe reprise à l’épingle à nourrice pour ne pas qu’elle me tombe sur les genoux, j’avais quand même un peu l’air ridicule, ahah -_-‘). Jeunes et moins jeunes femmes qui vous habillez en 40/42 ou qui chaussez du 36/37 (oui, je prévois également de revendre quelques paires de chaussures que je ne mettrai définitivement jamais, ou qui sont un peu trop grandes pour moi), et qui aimez le noir, faites-moi signe si vous êtes intéressées, ça me motivera peut-être plus que de tout balancer sur eBay.

Et puis, il faut vraiment que quelqu’un passe m’aider pour mon pécé, aussi, parce que là je sens que je vais bientôt saturer avec cette machine du diable qui rame comme un marathonien asthmatique >_< (et je veux récupérer mes données >_<).

Sur ce, il est 22h30 passées, j’ai pas encore mangé et le dernier Dexter à regarder, reste à savoir dans quel ordre je vais faire ça.

——————–

Humeur du jour : je devrais éviter de filer mon numéro à de parfaits inconnus quand je suis bourrée.

État du Neurone : codéiné.

État du Poual : finalement, par temps de pluie, le Borsalino reste dix fois plus efficace que n’importe quel spray anti-humidité ou frisottis du monde.

Coup(s) de gueule du moment : mon rhume, la CAF, bref la routine quoi.

Coup(s) de cœur du moment : les Pouffes, le vin, la vodka, les pistes de danse ; les bouchons d’oreilles qui sauvent le sommeil ; oh, et puis je suis faible : j’ai pas de sous mais je me suis quand même payé ça (pour satisfaire mon fétichisme) et ça (parce que j’ai plus de manteau pour l’hiver).

Dans les z’oreilles : Izia – Let me alone (toujours dans le widget à droite).

Publicités
commentaires
  1. benoitreveur dit :

    ah je vois que le shakage de body a remplit la fonction cathartique escomptée, cool

    Pour florence+the machine, merci de m’avoir fait connaitre, j’ai écouté deux ou trois morceaux, mais je garde encore le silence puisque je n’ai pas encore parlé à mon avocat … de peur que tout ce que je vais dire…. -)

    • Myschka dit :

      Ouais, dommage que l’effet ne dure pas plus longtemps…enfin, j’peux décemment pas faire la fête dès qu’il y a un truc qui ne va pas.

      Ta réflexion sur Florence + The Machine m’intrigue, du coup je me demande encore plus ce que tu pourrais en dire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s